Circuits courts et économie participative sont au menu de la quinzaine clermontoise du commerce équitable

Du 11 au 26 mai, Clermont accueille sa quinzaine du commerce équitable. Depuis deux semaines, de nombreux évènements ponctuent cette première édition qui se place sous le signe de la transition écologique. À l’initiative de LieU’topie et Clermont-Auvergne-Métropole, bien d’autres acteurs ont pris part à l’organisation de la quinzaine comme la Coop des Dômes, le mouvement Youth for the climate ou l’Association pour le Développement de la Monnaie Locale (ADML).
Hier, du côté des Vergnes, c’est le supermarché coopératif La Coop des Dôme qui a accueilli la rencontre du jour. Bénévoles, professionnels ou simples curieux ont discuté circuit court et commerce participatif à travers débats et projections.

 

Où mieux que dans ce tout récent magasin participatif accueillir une conférence-débat sur le thème du développement d’un modèle d’économie équitable et participative ? En effet, la Coop répond parfaitement à ce modèle car elle est entièrement tenue par des bénévoles qui doivent, pour acheter des produits, travailler au moins 2 h 30 par mois. Le principe semble d’ailleurs porter ses fruits puisque quatre-cents adhérents grossissent actuellement les rangs de la Coop. Cette rencontre est l’occasion d’échanger et de s’informer sur ce genre de commerce éthique et sur le fonctionnement du circuit court. Et il n’y a pas qu’à Clermont que ce modèle fait son chemin…

Un grand écran occupe le centre du magasin. Un bénévole s’est chargé du montage vidéo. Il regroupe de nombreux reportages, en France et dans le monde, sur ce genre d’initiatives. Du plus embryonnaire au précurseur américain Park Slope, qui compte 16 000 adhérents, il est indéniable que ces établissements participatifs et éthiques sont une courroie indispensable au développement d’un commerce plus équitable et plus humain. Les enquêtes s’enchaînent et ne manquent pas de faire réagir les spectateurs « ça se développe vraiment partout » remarque l’un d’entre eux.  

Qu’est-ce que c’est ? Et comment le privilégier ? Si cette conférence est l’occasion de réfléchir à la notion de circuit court, ce thème invite à une réflexion beaucoup plus large. Nombreux sont ceux qui nous expliquent que la présence de bénévoles est indispensable au fonctionnement d’un commerce participatif. Ensuite, il semble important de rester à taille humaine pour toujours pouvoir répondre à des critères humains et sociaux. Enfin, les bénévoles présents nous expliquent que la Coop des Dômes et toutes les initiatives de ce genre doivent stimuler l’économie locale. C’est notamment ce que nous précise un membre de l’association ADML qui défend l’utilisation de la Doume, monnaie puydomoise et citoyenne acceptée par de nombreux commerçants alentours. Ce dernier nous explique que la Doume est un moyen de mettre en pratique de nombreuses réflexions sur le commerce éthique. « La Doume est simple d’utilisation, j’échange 1 € contre une Doume et je peux aller faire mes achats chez les commerçants du coin qui l’acceptent. Ainsi, je favorise l’économie locale loin de tous les système de spéculation habituel ».

Nous avons demandé aux participants de nous donner leur définition de circuit court. Pour Antoine, unique salarié de la Coop, « c’est réduire le nombre d’intermédiaires. Mais attention, dans sa définition officielle, circuit court veut dire qu’il n’y a qu’un intermédiaire entre producteur et consommateur. Court ne veut pas forcément dire local car on peut avoir un seul intermédiaire mais qui est lointain. C’est à nous de faire attention à ce que le producteur et le consommateur soient respectés ». Un bénévole nous explique que pour lui, c’est « rémunérer le producteur à la vraie valeur de son travail mais aussi être un lien entre le consommateur et le producteur. Le circuit court permet plus de proximité, une meilleure traçabilité et donc une meilleure qualité alimentaire. De plus, les produits sont souvent moins chers pour les consommateurs et les producteurs sont mieux rémunérés du fait de l’absence de tous les intermédiaires qui pourraient prendre une marge ».

Un commerce plus social et humain ainsi qu’une agriculture saine et le respect de ceux qui la pratiquent semblent être la ligne directrice de la quinzaine clermontoise. A la Coop des Dômes comme ailleurs, tous les acteurs du commerce équitable souhaitent diffuser leur vision face aux enjeux économiques et sociaux des échanges dominants. La quinzaine clermontoise du commerce équitable vous donne rendez-vous jeudi après-midi pour la seconde Grève Mondiale pour le climat et un atelier zéro déchets organisé par Youth for the climate. Enfin, une conférence-débat « Impact des politiques agricoles européennes sur les producteurs des pays du Sud » aura lieu le vendredi 25 à LieU’topie avec l’intervention de Romain Dureau, agronome, et Grégoire Verrière, apiculteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *