… et la grève ne fait que commencer !

Après une première manifestation particulièrement réussie, le mouvement contre la réforme des retraites se poursuit. Les assemblées se multiplient et des actions de blocage sont prévues dès demain.

De nombreux secteurs mobilisés se sont rassemblés dans l’unité et la convivialité devant la gare SNCF, à partir de 11 heures.

La manifestation historique d’hier a sonné le coup d’envoi d’un mouvement social de grande ampleur contre la réforme des retraites. Comme on pouvait s’y attendre, de nombreux secteurs ont reconduit aujourd’hui ; en particulier, de nombreux services publics étaient à l’arrêt. À l’appel des cheminots, plus de 200 grévistes de plusieurs secteurs se sont retrouvés devant la gare SNCF à partir de 11 heures ce matin ; l’occasion de faire le point et d’échanger sur la suite de la mobilisation.

Et les nouvelles sont bonnes : à Clermont-Ferrand, les hôpitaux, la sécurité sociale, les transports, l’AIA, l’énergie, l’éducation étaient massivement en grève, avec des taux oscillant entre 90 et 50 % selon les secteurs ; à Issoire, les ouvriers de Constellium ont fait la jonction avec les enseignants et les AESH pour des assemblées et des actions communes. Certains foyers de mobilisation ont fait le choix de repartir en grève mardi prochain, suivant l’appel de l’intersyndicale nationale, mais la plupart d’entre eux ont voté la reconduction immédiate jusqu’à lundi, où ils se retrouveront pour une nouvelle assemblée générale. Les grévistes ont annoncé leur intention de bloquer le dépôt t2c de La Pardieu dès demain à 7 h 30, et le lycée Jeanne d’Arc lundi à la même heure. Le syndicat CGT mines-énergie appelle à un rassemblement devant la permanence de la député LREM lundi après-midi.

Le train à destination de Paris a été bloqué pendant plus d’une heure.

Après ces prises de parole et un pique-nique convivial, les grévistes se sont dirigés vers les voies pour bloquer le train de 13 h 20 à destination de Paris, et ont réussi à le maintenir à quai pendant près d’une heure. « On montre à nouveau notre détermination, alors que la direction a choisi de travailler plutôt que de combattre la régression sociale ! » a déclaré un représentant syndical des cheminots. « Le rassemblement d’aujourd’hui le montre, il s’agit bien du combat de l’ensemble du salariat contre des politiques libérales qui ne visent que le profit des plus riches et la précarisation des plus petits » a-t-il rappelé, assurant que les cheminots seraient présents pour soutenir celles et ceux qui auraient besoin d’aides pour mobiliser dans leurs secteurs. Ils seront d’ailleurs présents lundi matin au côté des enseignants pour le blocage du lycée Jeanne d’Arc.

2 réflexions sur “… et la grève ne fait que commencer !”

  1. Comment peut-on dire qu’UNE GRÈVE EST RÉUSSIE? Vous pénalisez les gens, les prenez en otage, bloquez le pays et son économie, privez des familles de leurs proches, perturbez des entreprises véritables moteurs de l’économie et de vos retraites.

    Au Japon, pays civilisé, on ne fait pas la grève des transports, on laisse les usagers passer gratuitement sans les contrôler. Mais ça demande qu’on se présente au travail… C’est peut être trop d’effort avant Noël. Ça pénalise les entreprises sans prendre en otage la population. En démocratie, on a élu un gouvernement, pas un syndicat.

  2. Je suis scandalisé par cette grève organisée par une minorité qui bloque une majorité de Français. Il ne faut pas oublier que presque tous les régimes, dit spéciaux, sont en grand déficit depuis très longtemps et subventionnés par l’état, donc nous, les Français. La solidarité demande , de toute urgence, un régime commun avec un âge de départ identique pour tous. Je suis moi même retraité depuis 11 ans et étant cadre, on ne m’a pas demandé mon avis pour me diminuer ma retraite de 25% par, aussi, solidarité. J’ai travaillé 60 heures par semaine pour donner du travail à une centaine de personne et je ne le regrette aucunement. Alors, quand je vois des gens qui travaillent 32 à 35 heures se plaindre et emmerder les autres, j’en suis dégoûté. Il est temps de remettre la France au travail et je met en garde cette minorité, car attention, le ras le bol gonfle……….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *