La BD de la semaine : l’art de Voler d’Antonio Altarriba

La BD de cette semaine fait partie de celles auxquelles on ne peut échapper. Culte, pour ainsi dire. Elle retrace l’histoire d’un anarchiste espagnol, de son enfance à sa mort, tout ça raconté par son fils. Un chef d’oeuvre…

Parce que ça commence par la fin, par la mort, par le suicide. Parce que le fils décide de se mettre dans la peau du père. Parce qu’il ne l’épargne pas, ni n’épargne la société de l’époque. Parce qu’en plus d’être une référence historique, ce livre parle d’amour, de luttes et de désespoir. L’amour filial mais pas seulement, l’amour d’une femme, l’amour qui pourrit, l’amour qui s’éteint, l’amour fraternel, l’amour dans l’idéologie. De luttes, car le personnage va prendre des décisions politiques, et va se rendre compte parfois qu’il est difficile de rester dans son idéal pendant toute une vie. Il va perdre ses amis, va les voir changer, sans savoir lui-même parfois où se situer.

Et puis le désespoir de perdre le combat, de perdre face à la vie, de perdre face à ses rôles de père, époux, amis, révolutionnaire. Une vie compliquée pleine de douleurs infligées par la guerre, l’exode, la pauvreté, l’utopie. Et quelques maigres récompenses jusque dans sa colocation à la maison de retraite.

C’est la vie d’un homme qui assume ses choix, et les subit parfois, sans lamentation, sans résignation.

Des dessins signés Kim…

Un épilogue en couleurs vient anéantir le livre. Anéantir les illusions. Puis un mot de l’auteur, une longue lettre, sublime, courageuse., qui explique la démarche du fils délaissé dans cette existence de luttes.

Les dessins sont signés de Kim, célèbre dessinateur espagnol et la BD est en parution chez Denoël Graphic.

Quant à l’auteur Antonio Altarriba, il a surtout été connu en France pour ce livre qui a reçu de nombreux prix, mais il a également signé deux autres célèbres BD ” Moi, assassin”, ” l’aile brisée ” dans un autre style, mais elles aussi, récompensées par la critique.

a savoir, la BD date de 10 ans, mais il n’est jamais trop tard pour découvrir des chefs d’oeuvre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *