La semaine étudiante de l’égalité est lancée !

L’association Femmes de mars a ouvert sa semaine étudiante de l’égalité hier, lundi 9 mars, avec l’inauguration de sa bibliothèque intersectionnelle. Sept événements sont au programme dans les prochains jours pour échanger et s’éduquer sur toutes les thématiques, de la sociologie du sport à la théorie Queer.

« On s’est rendu compte qu’on a beaucoup de ressources sur le féminisme, mais qu’il est parfois compliqué de trouver des livres qui appuient une vision intersectionnelle. On voulait une bibliothèque à notre image. » Au lendemain du 8 mars, journée internationale de lutte pour les droits des femmes, les militantes de Femmes de mars inaugurent leur solution à ce problème. Leur « égalithèque » est déjà riche d’une cinquantaine d’ouvrages, du travail de recherche au roman graphique, lors de sa première présentation ce lundi à LieU’topie.

Un nouvel outil pédagogique dont les militantes ont fait coïncider l’inauguration avec le lancement de leur Semaine étudiante de l’égalité. Autour d’un caféministe, premier événement du cycle, ce sont ce soir là Safa, Miléna, Charline, Léa et Marine qui amènent chacune une œuvre féministe à présenter à leurs camarades. Durant près de deux heures, les discussions vont bon train : du roman graphique l’Origine du monde aux 12 femmes d’Orient qui ont marqué l’Histoire en passant par Pénis de table, chacune écoute et débat de la qualité des ouvrages, en relève les passages marquants et en critique les limites. Des échanges d’une rare qualité qui se poursuivent jusqu’à l’heure du repas, dont le spectateur ressort inévitablement avec deux listes : une pour les livres à lire, l’autre pour ceux à offrir. Et ça devrait continuer : « On espère augmenter le nombre de livres disponibles, et ouvrir la bibliothèque au prêt », développent les militantes, qui projettent des partenariats avec des librairies et des bibliothèques locales. « La plupart des livres sont achetés avec les subventions de la semaine de l’égalité, mais nous prenons également les dons. Nous les sélectionnons pour qu’ils correspondent au féminisme intersectionnel porté par notre association, c’est-à-dire un féminisme qui prend en compte la diversité des oppressions. » C’est ensuite le rôle des caféministes de présenter ces ouvrages, pour donner au public comme aux militantes l’accès à des ressources diversifiées et de qualité.

Cette intention pédagogique, les militantes de Femmes de mars la portent à travers toute la Semaine étudiante de l’égalité, dont la rencontre d’hier ouvrait la seconde édition. Toute la semaine, les événements se multiplient à LieU’Topie pour parler d’intersectionnalité sous toutes les formes : sociologie, exposition artistique, brunch… Tout est bon pour toucher un large public, et mettre en avant des thématiques parfois méconnues. Au-delà de cette semaine d’une intensité particulière, l’association a déjà un historique bien rempli : en à peine deux ans d’existence, elle affiche plus de 60 événements au compteur et de belles réussites, comme la mise en place de distributeurs de protections menstruelles sur le campus des Cézeaux. « Bien sûr, on voudrait aller beaucoup plus loin. Au niveau politique, on défend la gratuité totale des protections hygiéniques, comme c’est le cas en Ecosse depuis récemment. On réfléchit d’ailleurs à de nouveaux événements autour des règles et plus largement du corps : des conférences pour apprendre à reconnaître son cycle, parler de l’endométriose, d’auto-exploration… Tout est envisageable, du moment qu’on a des gens pour le faire ! »

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 10 mars 2020
Écrit par Davy DELFOUR

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.
Afficher plus