Les Augustes : zoom sur un café-lecture social et solidaire

Après son escale au Rio il y a quelques semaines, c’est avec le Café-Lecture Les Augustes que Médicoop poursuit sa tournée des lieux culturels différents et inspirants. Comment ne pas faire un détour par cette adresse Incontournable de Clermont ? Ouvert et solidaire, Les Augustes est un précurseur dans la vie associative clermontoise : premier « Café-Lecture » de France, il s’attache depuis bientôt vingt-cinq ans à diffuser les valeurs d’une économie sociale et solidaire. Implanté dans le paysage culturel autour des thèmes de la lecture et de l’écriture, le café associatif a su jongler entre défense de ses valeurs progressistes d’origine et diversification constante pour s’ouvrir à un public toujours plus large et faire rayonner ses activités sur le plus grand nombre. De passage « rue sous les Augustins », nous avons rencontré Angèle, présidente de l’association Les Amis du Café-Lecture qui est revenue pour nous sur l’histoire, le fonctionnement et l’actualité du café Les Augustes.

 

La porte y est rarement fermée.  On peut y boire, y manger mais aussi assouvir sa soif de culture ou d’informations. Tout est fait pour que ceux qui hésitent, passent finalement la porte. Livres et journaux en libre accès, animations quotidiennes variées, si « militer contre l’illettrisme et l’exclusion sociale » est l’essence même des Augustes, le café associatif a façonné de nombreuses manières de diffuser la culture et son engagement.

C’est en 1995 que tout commence. Le CREFAD (Centre de Recherche d’Etude de Formation à l’Animation et au Développement) décide de créer une association pour lutter contre l’illettrisme. « Les Amis du Café-Lecture » est née. Deux ans plus tard, une SARL est créé et rejoint l’association dans le but de gérer les activités marchandes : cela permet de proposer aux « cafés-lecteurs et cafés-lectrices » de se retrouver autour d’un bar qui propose boissons et collations. La gestion commerciale s’oriente directement vers un fonctionnement économique social et solidaire. Le café-lecture est le premier de France à répondre à ce label et comme tout bon premier, il a servi de modèle à la création de nombreuses autres initiatives permettant de tisser un vaste réseau de structures du même genre. Angèle nous explique que le but premier a été de rendre la lecture et l’écriture accessibles à tous dès la naissance des Augustes : « Un café est un lieu par essence pour rassembler », nous explique-t-elle. De là, les initiatives ont fourmillé jusqu’à proposer aujourd’hui deux à trois animations quotidiennes.

Très actif, le café-lecture demande donc un engagement fort de la part de ceux qui le font vivre. Il compte quatre salariés : deux pour la SARL et deux pour l’association. Angèle nous explique que ce fonctionnement en deux structures a surtout permis de répondre à toutes les normes législatives mais que dans le fonctionnement, le café est homogène et que l’aspect associatif prime. Pour assurer les animations et le service d’un café ouvert six jours sur sept jusqu’à tard dans la soirée, un volontaire en service civique vient grossir les rangs de l’équipe. Angèle appuie d’ailleurs beaucoup sur le rôle des bénévoles qui sont un élément primordial de la vie du café. « Nous laissons une très grande place au bénévolat qui représente une centaine de personnes ainsi qu’une quarantaine derrière le bar. Les bénévoles permettent de faire vivre le lieu mais aussi d’appuyer son aspect participatif » précise la présidente de l’association. Nous comprenons en effet au fil de la discussion l’importance que Les Augustes accordent à la participation de tous dans la vie de l’association et du café-lecture : « Nous faisons quotidiennement un travail de fond pour intégrer un maximum de personnes. Durant les animations, on recherche l’interactivité, qu’il y ait un échange. Nous souhaitons aussi faire participer les gens à l’aménagement du lieu. Nous organisons par exemple en ce moment un réaménagement participatif. On veut que les gens soient acteurs et pas que consommateurs. ».

En levant la tête, nous apercevons dans le flot des discussions qui animent le café, des jeunes accoudés au bar. Au fond de la salle, deux hommes fixent l’écran d’un ordinateur et semblent en pleine réflexion. Des personnes plus âgées occupent l’espace lecture. A la volonté de créer un espace culturel participatif, Les Augustes ajoute la mission de garantir la mixité « elle doit être non seulement générationnelle mais aussi culturelle et sociale ». Pour cela, la présidente explique que les animations se divisent en sept thèmes pour intéresser un maximum de monde (Art vivant, lecture, science, écriture, langues…) « Dans le choix de nos animations, nous favorisons la variété des thèmes. Chacun peut proposer une activité et l’animer. Mais face au nombreuses demandes, nous sommes quand même obligés de faire le tri. En tous les cas, nous n’acceptons aucune promotion d’activité commerciale et nous ne faisons pas de partisanat. Pour nous, l’important est de multiplier les formes d’accès aux connaissances et chaque animation doit s’inscrire dans une notion d’insertion citoyenne.”

Difficile de revenir sur l’histoire et les valeurs des Augustes en seulement quelques mots. Mais de notre discussion ressortent deux points qui paraissent être l’âme du café-lecture. Tout d’abord, l’éducation populaire occupe une place importante. Angèle précise d’ailleurs que c’est la « raison d’être » du café-lecture. Aux Augustes, on peut consulter gratuitement des journaux ou des revues. Il y a aussi un vaste accès aux livres grâce à de nombreux dons. Enfin, une bibliothèque en libre accès accueille les lecteurs à l’entrée de la salle. Les Augustes est aussi un « carrefour associatif ». Il donne aux associations la possibilités de se rendre visibles, d’organiser des animations mais aussi d’échanger « Nous travaillons beaucoup avec les associations et elles travaillent aussi beaucoup avec nous » précise Angèle qui rappelle d’ailleurs que le café organise « l’île aux associations » un samedi par mois pour que les citoyens puissent les découvrir ou qu’elles puissent travailler entre elles.

 

Mais si Les Augustes rend vivantes beaucoup d’associations et représente un élément indissociable de la vie culturelle clermontoise, il repose aussi sur l’engagement citoyen de chacun. Les animations sont gratuites et la consommation facultative. Le fonctionnement du café-lecture est rendu possible par les dons, les subventions et les partenariat mais brille aussi d’un fort volontarisme de la part des bénévoles qui ne sont jamais assez notamment pour que le café puisse rester une structure sociale et solidaire dont la valeur première n’est pas l’activité marchande. Anticonformiste et atypique, le café-lecture Les Augustes, propose une programmation riche, singulière et participative qui aspire à diffuser la culture pour tous et à accueillir le plus grand nombre.

Pour toutes les infos :  https://www.cafelesaugustes.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *