Les couloirs aériens, le roman graphique qui questionne sur la cinquantaine

Ils s’y sont mis à trois pour rendre vivant Yvan, le personnage principal, inspiré de leur propre histoire. Yvan a cinquante ans, plus de boulot, ses deux parents décédés et une femme qui s’éloigne. Il se retrouve dans le Jura avec ce questionnement : ” est-on foutu à 50 ans ?”

Etienne Davodeau, célèbre dessinateur de BD signe ici avec Joub et Christophe Hermenier, un joli hommage au temps qui passe et nous écrase mais peut aussi nous rendre d’autant plus vivant. Les trois compères, âgés de 54 ans, se connaissent depuis la fac et se rappelle en riant de cette soirée à laquelle ils étaient invités par un vieux à la cinquantaine entamée. pour eux, le mec était déjà presque fini. Aujourd’hui, c’est eux qui ont cet âge-là, cet âge dont il se moquait voilà quelques décennies. Et on fait quoi quand on a 50 ans ? Comment redéfinit-on ses buts quand majoritairement on semble avoir réalisé une grosse partie de sa vie ? Et surtout quand cette vie-là ne vous a pas fait de cadeau : Perte de boulot et de ses deux parents. Christophe Hermenier a perdu père et mère à quelques mois d’intervalles, il a pris en photo les objets qui représentent le quotidien résolu des défunts. Au détour de l’histoire, on se retrouve hypnotisé par des pages entières e photos de presse-purée et autre casse-noix.

Yvan, le personnage, anti-héros à sa manière, se réfugie dans la maison de campagne d’un de ses potes, historie de se retaper et réfléchir. Dans le Jura. Il neige. Il fait froid, et il s’y sent seul. Mais, il croise parfois des personnages qui lui offrent certaines sur le sens de la vie : l’amour, l’amitié. Il se rend compte en croisant une femme qu’il aime la sienne, en croisant le voisin qui a pour seul ami son chien qu’il n’est pas le plus seul. Il a ses enfants aussi. Pas là où ils les attendaient, mais dans une vie qui leur appartient. Et qu’ils ont construit, avec ce père, un peu paumé mais finalement bien vivant.

Ode à la dépression qui nous oblige à aller en profondeur dans notre recherche à soi. Ode à l’amitié qui, elle aussi, se consomme parfois, déçoit, notamment quand le personnage, dans un regain veut organiser une soirée mais qu’aucun pote ne se déplace car il fait trop froid, ou parce que les routes sont trop enneigées…On se marre, à voir ce ” quinqua ” se débattre avec lui, et râler tant qu’il peut…

Et puis, parfois il regarde passer les avions jusqu’à monter dans le dernier, celui qui lui fait reprendre la route. Car avoir 50 ans, ce n’est pas être au bout du chemin, c’est apprendre à négocier un virage pas si simple…

La BD est sortie le 23 octobre 2019, chez Futuropolis, 19 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *