Les Gilets Jaunes devant la CAF du Puy-de-Dôme ” on cherche à économiser sur les plus pauvres et les plus dignes…”

ce vendredi 11 janvier, des Gilets Jaunes se sont donné rendez-vous devant la CAF afin de protester contre la baisse des APL et les incohérences du RSA. L’occasion pour nous de passer une matinée aux côtés des Gilets Jaunes.

 

8H45. Il caille. Une petite poignée de Gilets Jaunes est rassemblée devant la CAF de Clermont-Ferrand. Comme ils avaient prévenu de leur action, des agents de sécurité sont placés devant l’établissement public. Pourtant, aucune envie de violence du coté des manifestants. Notre accueil est chaleureux. On nous fait la bise, on nous parle de notre dernier film, du convoi en Grèce, de notre implication lors des mobilisations lycéennes. On reconnaît les représentants de Chom’actif, du DAL, de certains militants du campement du 1er mai ( où une centaine de migrants ont trouvé refuge en septembre). Ils distribuent d’abord gentiment des papillotes. Une des manifestantes fait signer la pétition pour le RIC. On lui demande alors ce qu’elle pense de Chouard. Claudie, infirmière dans le privé nous répond sans faux-semblant : “ Moi je pense que cette idée est bonne, certes il a été aux côtés de Soral, et Soral c’est pas ma tasse de thé, mais je prends chez lui les bonnes idées, le reste, je m’en fous…” Alors on rétorque  “ Doit-on se foutre alors de manifester aux côtés de certains militants extrême-droite, comme c’est le cas lors des mouvements des Gilets jaunes?” Claudie n’hésite pas là non plus: “ les GJ, c’est vrai, ont en leur sein des militants d’extrême-droite, parce que notre mouvement est le reflet de la société. je laisse de côté les idées nationalistes et je me retrouve parfois sur d’autres sujets avec ces gens-là, alors j’essaie d’échanger avec eux et de les faire changer d’avis. Si tu n’échanges pas avec eux, ils resteront dans leurs conneries. Peut-être que c’est le dialogue qui fera disparaître le racisme…” Claudie est dans le mouvement depuis le début. la taxe sur le carburant, c’était pour elle, la goutte d’eau. Elle veut faire la guerre à la Fraude Fiscale pour redistribuer aux plus démunis. Elle dit ne plus pouvoir supporter les injustices, et estime être dans une monarchie. “ Et les medias nous ont tellement flanqué une mauvaise image, que la dernière fois à Leclerc, alors que je me baladais avec mon Gilet Jaune, une femme m’a interpelée en me demandant si je n’avais pas honte. Mais je n’aurai jamais honte de me battre pour une société plus juste.”  Alors le RIC ( Référendum d’Initiative Citoyenne) pour elle est la solution. “ Nous voulons faire des ateliers constituants, proposer des lois à l’assemblée, modifier la constitution, et mettre nos élus ” sous tutelle”, je veux dire par là que s’ils font n’importe quoi, on les révoque.” 

Un peu plus loin, la directrice de la CAF arrive accompagnée de deux de ses collaborateurs. Les représentants des associations de défense des précaires, chômeurs en profitent pour entamer le dialogue avec elle: ” Madame, le RSA est incohérent, pour le même revenu trimestriel, en fonction de sa répartition sur trois mois et du contexte du demandeur de RSA, il peut le toucher ou pas, il peut  toucher la prime d’activité ou pas. il peut perdre ses allocations…” La directrice parle de cas par cas. Gaelle les connaît bien ces cas par cas, elle fait partie de l’association AC63, et participe à ce titre au Comission RSA avec le département. Elle raconte : ” En fait, une fois par mois, le département, les travailleurs sociaux, pôle Emploi et nous, nous nous réunissons afin de savoir si nous mettons ou pas des amendes aux RSAistes. Si tu ne réponds pas aux convocations, tu peux perdre 100 euros, puis la moitié du RSA puis le perdre totalement. Mais parfois, c’est juste parce que tu es hospitalisé, ou que tu es vraiment dans une mauvaise passe. On ne peut pas punir sans connaître le contexte. C’est faire perdre beaucoup de dignité aux gens…

Un des représentants de Chôm’actif interpelle la directrice de la CAF: ” Madame, dans le Puy-De-Dôme, nous recensons 80 mille pauvres sur 600 mille personnes c’est énorme. La plupart a entre 25 et 50 ans, cela signifie que cela toucher n’importe qui. J’appelle pauvre, la personne qui touche moins de 60% du SMIC, soit 1060 euros par mois. Et vous êtes leur deuxième maison, quand ils en ont une. Pour le RSA, les APL. Et tout ça baisse considérablement. En fait, on économise sur les plus pauvres et les plus dignes. On parle toujours de la classe moyenne, qui c’est vrai, prend cher, mais on oublie de parler des pauvres, les premiers touchés…” 

Un étudiant interroge sur l’absurdité de la loi sur la prime d’activité. ” Comment vous expliquez qu’un salarié-étudiant ne peut toucher la prime d’activité que s’il touche au minimum 893 euros? Aucun étudiant ne peut travailler pour 900 euros par mois, sinon il n’a plus le temps d’aller en cours…”  La directrice tente de se défendre “ Ben justement, c’est pour vous inciter à aller en cours ” Incompréhension générale…Les étudiants salariés travaillent par obligation financière, et ne peuvent donc percevoir aucune aide, sauf s’ils font quais un temps plein qui les empêchera d’aller avec assiduité en cours…

Certains polémiquent sur l’informatisation à outrance. Gaëlle, intermittente, prouve par A+B que le simulateur en ligne n’est pas bon. la directrice et son équipe reconnaissent qu’effectivement il vaut mieux se déplacer au guichet…

Un militant parle de la baisse des cotisations sociales qui sont en fait un salaire différé.

Mais, la directrice finit finalement par s’en aller quand un manifestant lui fait avouer que la branche famille de la CAF a fait l’économie de 5 milllards d’euros l’année dernière. Elle reprend ne pas savoir et avance:  ” Euh en fait c’est pas des bénéfices, c’est l’argent non dépensé…” les manifestants rient “ Ben donc va peut-être falloir penser à les reverser à ceux qui en ont besoin plutôt…” 

Les manifestants discutent ensuite de leur prochaine action. un étudiant demande si les Gitans seront bien là, demain au rassemblement. Une femme Gilet Jaune lui répond “ Ben eux s’ils viennent, c’est pour tout casser.” Malaise dans l’assistance. Personne ne répond. Ils appellent aussi de se réunir Mardi à 13H30, heure  de la relève, à l’hôpital Gabriel Montpied pour soutenir la santé du service public. Le petit groupe finit par se disperser vers 11 heures. Certains partent boire un café et continuent le débat. D’autres rentrent chez eux.  Mais, tous ont un point commun : ils n’ont pas l’intention de raccrocher le Gilet…

 

Merci pour la lecture de cet article. Mediacoop est un média indépendant, et gratuit. Nous avons besoin de votre aide pour continuer à écrire en toute indépendance nos papiers. Merci!

Vos dons sont défiscalisés à hauteur de 66%. Vous pouvez faire un don mensuel, même tout petit, ou choisir de ne verser qu’une seule fois. Mediacoop est une coopérative ouvrière qui a 2 journalistes salariés et fait trvailelr de nombreux collaborateurs, tous rémunérés.

Pour soutenir Mediacoop : https://www.okpal.com/mediacoop/#/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *