Les réfugiés mineurs montent au front pour leurs droits

Les mineurs isolés étrangers de tout le Puy-de-Dôme ont défilé à Clermont-Ferrand, aujourd’hui, pour réclamer leur scolarisation et leur prise en charge par l’aide sociale à l’enfance. Au plus fort de la manifestation, près de 300 de leurs soutiens les ont suivis pour appuyer leurs revendications.

« Nous ne demandons rien d’autre que la paix et l’éducation, et on ne se découragera pas! » Le cri de colère et d’espoir des mineurs isolés a résonné comme jamais dans les rues du centre-ville de Clermont-Ferrand, ce mercredi 21 novembre. Au lendemain de l’anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, les jeunes réfugiés du squat 5 étoiles ont voulu se faire entendre en organisant leur propre manifestation. Au centre de leurs revendications : le droit à l’hébergement et à la scolarisation, la reconnaissance de leur minorité, ainsi que la régularisation massive des sans-papiers.

« Nous ne sommes pas des menteurs ! Nous sommes des mineurs, nous avons droit à une école et à un accompagnement ! »

Parti de la place de Jaude aux alentours des 15 heures, le cortège s’est rendu devant le palais de justice en scandant leurs slogans. Deux de leurs représentants, accompagnés d’une militante, ont remis des lettres de demande de rendez-vous à destination du juge des enfants et du président du tribunal. « La mission commence bien ! », s’est réjoui un jeune, avant que le cortège ne s’élance avec détermination vers les locaux de l’Aide sociale à l’enfance (ASE). Là, devant les portes fermées, ils ont réitéré leur appel à prendre en compte leur minorité. « Nous ne sommes pas des menteurs ! », ont-ils rappelé avec véhémence. « Nous sommes de mineurs, nous avons droit à une école et à un accompagnement ! »

Retraversant la vieille ville pour se rendre devant le conseil départemental, les jeunes ont continué à scander leurs slogans, brandissant leurs pancartes devant les commerces pour sensibiliser les clients. Derrière eux, même les militants de longue date semblaient impressionnés par leur détermination. Une résolution qu’ils ont réaffirmé devant le siège barricadé de l’autorité sensée les prendre en charge. « Nous qui nous battons pour nos droits, nous sommes les meilleurs combattants, et on va continuer ! » ont-ils réaffirmé, après avoir remercié les militants venus les soutenir. « Nous sommes les enfants les plus forts du monde ! »

1 réflexion sur “Les réfugiés mineurs montent au front pour leurs droits”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *