photo_bastion_social2ok.jpg

Nous étions 1000, ils étaient …9! Retour sur la manifestation contre l’implantation du Bastion Social

Publié le 13 juillet, 

 

Hier, à 18H, de nombreux collectifs appelaient à manifester contre l’ouverture du local du Bastion Social prévue le 14 juillet. Récit d’une manifestation qui a marqué l’histoire de Clermont-Ferrand dans sa tradition de résistance. 

 

A 18H, les visages étaient fermés. Le service d’ordre mis en place par les organisateurs repérait déjà quelques têtes d’identitaires bien connus parmi la foule. La veille, un camarade s’est fait frappper avec un club de golf par quatre membres du Bastion Social. Sous anti-inflammatoire, et à visage découvert et malgré une double fracture de la mâchoire, il a pourtant tenu à être présent à la manifestation, après une nuit passée aux Urgences. 

La violence dont peuvent faire preuve les membres du Bastion Social n’a pas fait peur à la population clermontoise.Bien au contraire. Des poussettes, des enfants, des personnes âgées, des habitants, des militants, des élus, des représentants associatifs, plus de mille personnes ont manifesté hier soir. Nous avons pu croiser aussi, avec les membres du comité Wissam, la soeur de Lamine Dieng, mort en 2007 dans un fourgon de police. De nombreux représentants politiques: Marion Canalès pour l’Aglgo, Nicolas Bonnet pour Europe Ecologie Les Verts, des membres du parti sociaistes, de nombreux représentants du NPA, Alternative Libertaire ou de France Insoumise. Des représentants syndicalistes tels que la CGT, FSU, Solidaires, L’UNEF. Des associations comme osez le féminisme, Agil, le cinéma Le Rio, les Amis du Temps des cerises, l’Association Départementale de Sauvegarde de l’Enfance et l’Adolescence, le café des Augustes, mais aussi des antifascistes venus de Lyon pour manifester aux côtés des clermontois. Malgré cette diversité, la manifestation n’a pas été un défilé de drapeaux, si ce n’est celui de l’action antifasciste, rouge et noir. Chacun venant déféndre une cause commune: la lutte contre l’implantation du Bastion Social. 

Le cortège s’est arrêté tout près de la rue de la Treille, (adresse à laquelle les militants néo-nazis vont s’installer), pour chanter, bras levés. Les policiers barraient la route, et derrière eux, nous pouvions voir 9 membres du Bastion Social au fond de la rue, qui n’ont pas osé s’approcher de la foule. Une foule venue scander “ tout le monde déteste les fachos” ou encore “nous sommes tous des enfants d’immigrés“. Des gens pleuraient d’émotion. ( Vous pouvez voir la vidéo filmée en direct sur notre page Facebook) 

Les manifestants ont ensuite rejoint la préfecture. Là, de nombreuses personnalités ont pris la parole, à commencer par le maire, suivi de membres de famille politique ou représentants de syndicats ou d’associations. Mais aussi des habitants, venus témoigner. 

Un mot d’ordre a terminé cette soirée: Ne pas avoir peur! 

Il semblerait que le Bastion Social aura plus de mal, ici plus que nulle part ailleurs, à trouver une implantation pérenne, malgré l’ouverture de leur local ce samedi 14 juillet, entre le 7 et le 9 rue de la Treille, à partir de 17H. 

Aucune manifestation n’a été déclarée pour demain. 

La préfecture dans un courrier a assuré rester très vigilant quant à l’implantation de ce local et face à la violence que cela peut engendrer. 

Une pétition a été lancée pour la dissolution du bastion Social:

https://www.change.org/p/gerard-collomb-pour-le-dissolution-du-bastion-social?recruiter=75184754&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=autopublish

 

L’équipe de Mediacoop

 

 

 

 

1 réflexion sur “Nous étions 1000, ils étaient …9! Retour sur la manifestation contre l’implantation du Bastion Social”

  1. Michelle hufnagel

    manif contre bastion social Hier, j’ai vu parmi la foule 4 jeunes, capuches, visage dissimulé, muni d’un lourd sac à dos, tout la panoplie, arborant le drapeau anti faf. Je comprends, je soutiens, je participe à la mobilisation contre l’implantation de l’extrême droite à Clermont mais je crains le mouvement anti faf. Je souhaite que les manifestants soient vigilants et isolent ces jeunes gens dans leurs rangs fin d’ éviter tout débordement, toute violence qui nuiraient aux objectifs de la manifestation. Je pense que la police présente hier les a repérés… et aura remarqué que ce n’étaient pas de jeunes clermontois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *