Quinzaine de l’Égalité : les femmes de la Gauthière prennent la parole

Du 8 au 20 Mars, à l’occasion de la Quinzaine de l’Égalité, la Mairie de Clermont-Ferrand organise ateliers et rencontres pour libérer la parole des femmes dans les quartiers.

Les bottes noires de Patricia, sa robe jaune et son visage enjoué apparaissent dans l’escalier de l’espace Nelson Mandela, dans le quartier de la Gauthière. Patricia est secrétaire de l’association Espoir de Femmes, qui offre à ses adhérentes assistance administrative et activités de loisirs. Elle nous mène à l’atelier d’expression théâtrale qu’elle a contribué à organiser et nous présente à une quinzaine de participantes qui nous accueillent chaleureusement.

Des femmes de tous horizons sont assises sur des chaises disposées en arc-de-cercle. Elles discutent en Français, on entend aussi quelques mots d’Arabe ou d’Italien, certaines arborent des voiles noirs ou bigarrés, d’autres des baskets et un pull décontracté. Au centre de la pièce, une femme allègre, à la peau noire et à la robe rouge, tire d’une boite de biscuit vide des bouts de papier sur lesquels chacune a inscrit un mot, un thème à discuter ensemble : « maman », « femme maltraitée » …

Tour à tour, elles prennent la parole sur les thèmes de la famille, de la maternité, qui définissent encore en grande partie leur expérience de la vie en tant que femme. Elles évoquent l’amour immense qu’elles ressentent pour leurs enfants, dont la naissance à marqué leur vie, mais aussi la difficulté de s’en occuper sans l’aide de leurs maris, qui se consacrent souvent à d’autres occupations. Le silence se fait quand Gaëlle évoque les maltraitances dont sont victimes les femmes de la main de leurs conjoints. De part et d’autre du petit amphithéâtre, on écoute, on acquiesce, on commente en partageant ses idées ou ses souvenirs.

Après la discussion, quatre participantes s’installent au centre de la pièce pour jouer en improvisation une scène de départ en vacances en famille. Celle, plus âgée, arborant un foulard et un sourire jovial, qui lâche finalement son smartphone pour jouer le rôle du père de famille s’installe tout naturellement au volant, et ordonne à sa femme fictive de « ramasser ses enfants ».

Outre les grands éclats de rire qu’elle aura déclenchés dans le public, cette mise en scène burlesque aura aussi eu le mérite de révéler la persistance de schémas qui enferment, aujourd’hui encore, les femmes dans des rôles domestiques et de subordination. Au moins, avec cet atelier de la Quinzaine de l’Égalité, les participantes auront pu parler de leurs aspirations et de leurs difficultés, en rire, et apprendre à construire ensemble leur “sororité”, un mot pioché dans la boite de gâteau, mais dont peu connaissaient la définition.

Dans le cadre d'un atelier de la quinzaine de l'égalité, quatre femmes de la Gauthière improvisent une scène de départ en vacance.

Retrouvez le programme de la Quinzaine de l’Égalité ci-dessous ou sur le site de la Mairie de Clermont-Ferrand.

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 10 mars 2020
Écrit par Avril Dutheil

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.
Afficher plus