Recycl’art, une association qui allie le graff à l’écologie

Le rendez-vous est fixé à Link Us, le nouveau bar branché et connecté  de Clermont-Ferrand. A l ‘intérieur, toutes les pièces d’art qui seront exposées du 4 février au 4 juillet dans 37 lieux de la ville. L’occasion de rencontrer Remy, à l’initiative du projet.

 

C’est en 2014 que Rémy imagine l’association Recycl’art. ” Au départ, c’est la rencontre avec  la ressourcerie Jerecycleparc et Recolorz, ma boite de graff. On se rend compte assez vite que l’on peut recycler grâce à l’art. On allie démarche culturelle et écologique.” 

Rémy vient de Paname. Il a un sérieux carnet d’adresse  dans l’univers du Graff. Lorsqu’il arrive en Auvergne, il visite et tombe amoureux de la région. Il va souvent à la ressourcerie et customise de vieux objets, leur donnant une deuxième, troisième ou quatrième vie.  En 2016, il ferme sa boite de graff et passe son temps dans l’asso qu’il vient de monter avec des copains ” Recycl’art”. “ On avait envie de montrer aux gens que plutôt que de jeter leur vieux grille-pain, il fallait venir nous voir, on le remettait en état et on lui donnait un look. Les gens arrivent avec un objet désuet et reparte avec une oeuvre d’art en état de marche.” Aujourd’hui, Rémy est salarié et fait cela à temps plein, même si son contrat ne compte que 26 heures par semaine. Il tient des ateliers dans les écoles, les médiathèques, en prison. “ En plus de faire découvrir l’univers du graff, on fait un véritable travail de sensibilisation sur le recyclage. Avec les enfants, on parle des emballages, de l’obsolescence programmée, et comprendre combien malgré tout, nos objets peuvent perdurer dans le temps.” Rémy a un sacré coup de crayon qui lui permet aussi de faire des illustrations et d’animer des ateliers BD.

Peu à peu, le réseau s’étend et de nombreux partenariats font surface, avec Momie librairie, par exemple, ou le réseau des espaces partagés.

Rémy est intarissable sur le sujet du graff et nous conte son histoire depuis la fin des années 70. Discipline illégale, le graff c’est l’appropriation de l’espace, une façon de dire “ Eh, j’existe“. Cela commence par des tags, juste son nom. Il s’appelle Taki 183, est coursier et va écrire son nom dans chaque rue dans laquelle il va passer. Sans le savoir, il va lancer, depuis Les Etats-Unis, une mode qui n’aura  de cesse de se propager jusqu’en Europe. Le documentaire ” Writers” de Marc Aurèle Vecchione, raconte d’ailleurs à la perfection l’arrivée du graff sur Paris. Nous sommes en 82. Les murs se colorent de maintes signatures, puis chacun s’amuse à donner de l’allure à ses lettres, avec de plus en plus de réflexions et de techniques. ” Il s’agit d’un mouvement brut qui vient de la rue. D’ailleurs, il accompagne le hip-hop. A Paris, tout y passe, les murs, les bus, les trams, le métro. Les signatures sont remplacées par des dessins d’art, dans lesquels on peut reconnaître de super-héros, des symboles politiques…Le Graff reste illégal, et de nombreux artistes sont condamnés à de la prison ferme pour détérioration, même à Clermont-Ferrand.”

Mais certains comprennent qu’il s’agit d’œuvres d’art. ” C’est alors devenu un gros truc. Les règles du commerce sont venus ternir un peu l’idéologie même du graff. Ce sont les galieristes qui sont venus nous chercher.”  Agnès B sera l’une des premières à exposer du graff en France. “ Moi, perso, le pense qu’il faudrait que cela reste du street art, c’est à dire un mouvement à l’air libre. Dehors.” Rémy raconte non sans rire les dernières farces de Banksy, certainement l’artiste le plus connu dans le domaine. ” C’était top son idée de cette œuvre d’art qui une fois vendue s’est auto-détruite, réduite en petites bandelettes. Mais le pire c’est que les gens ont recollé les morceaux et l’œuvre a pris encore plus de valeur. Ca devient délirant.

Rémy réfléchit aussi à l’apport sociologique des dérives de la commercialisation de son art. “ D’un côté, tu as des mecs qui partent en taule car ils ont embelli un espace, de l’autre, certains font des choses pour un événement à ampleur internationale, comme ici, typiquement, le festival du court-métrage qui paie des gens pour réaliser des commandes. Pourquoi finalement, n’aurions-nous tous pas le droit de peindre dans ce cas-là?” Rémy raconte l’histoire de C215, un ancien ” taulard” devenu maître ” pochoiriste” qui sera payé une fortune pour faire une fresque. Fresque qui dès le lendemain sera nettoyée par le service de l’urbanisme. Les agents d’entretien n’ayant pas vu là l’oeuvre d’art sur le mur.

Et puis parfois, les histoires sont ironiques voire cyniques. Pro 176 GT en est un exemple. Le taggueur fut incarcéré pour détérioration sur les trains de la SNCF. Mais, à sa sortie, il a été appelé par un de ses potes, Jonone, pour l’aider à décorer les nouveaux trains Thalys !

Je crois qu’il faut voir dans le mouvement du graff, un endroit sans règle, qui n’est pas référencé. Dans notre société ce qui nous échappe fait peur, d’où l’arrivée des galeries dans notre milieu. Mais, beaucoup y résistent. Le graff a fait beaucoup pour la culture, même par extension. Les premiers graffs de Paris  sont signés NTM. Joey Starr a graffé avant de rapper.”

Alors, à Recylc’art, Rémy a pris une position engagée. ” Le street art c’est aussi montrer l’utilité d’un objet oublié. L’art devient utile. J’adore repeindre les petites voitures de mon enfance.”

Du 4 février au 4 juillet, Rémy exposera plus d’une centaine d’œuvres réalisées par plus de 40 artistes venant de toute la France et même d’Amérique du Sud ( partenariat avec latino graff) . Des objets tous en état de marche comme cette guitare réalisée avec une planche de skate.

 

Ou ce tableau “tête de lion” fabriquée avec la brosse d’un camion qui nettoie les rues. Toutes les œuvres s’achètent. De 12 euros à 800 euros. 

Pour connaître les lieux d’exposition et les  dates de débats ou ateliers rendez-vous sur le site Walktrip.fr, à partir du 4 février.

 

Pour plus d’informations sur le graff, faites comme nous regardez l’excellent documentaire de Marc Aurèle Vecchione : https://www.youtube.com/watch?reload=9&v=_AW7Sv41b6A

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *