Mine de rien

 

 Les habitants de Salau, petit village ariégeois, se livrent une guerre impitoyable concernant l’éventuelle réouverture d’une mine de Tungstène sur la commune. Selon les travaux de Henri Pezerat et Annie Thébaud Mony, le site contient de l’amiante. Nous avons donc décidé d’enquêter afin de faire émerger la vérité sur le business de l’exploitation minière, les différents conflits d’intérêt, les enjeux politiques, sociaux, environnementaux et sanitaires. 

Une enquête sur plus de deux ans sur le combat des résistants face à cette industrie revenue a la mode depuis la relance minière prônée par A. Montebourg, en 2013. 

Si vous avez des difficultés de lecture :

1. Vous pouvez changer de navigateur : sous Mozilla Firefox la lecture est plus facile.

2. Vous pouvez télécharger le film en faisant Clique droit sur la vidéo ;  » Enregistrer la vidéo sous … » ; sélectionnez le dossier de votre choix où télécharger le fichier ; et cliquez sur enregistrer.

3. Vous pouvez regarder le film ici.

Ce  film vous est proposé gratuitement, n’hésitez pas à nous soutenir par ici:

 

 

 

     NB: Ce film est sous licence creative commons. (License : CC-BY-NC-ND-4.0: Attribution-NonCommercial-NoDerivs 4.0 International)

Merci de contacter Mediacoop (producteur et diffuseur de ce film) pour toute diffusion.

À lire également

10 réflexions sur “Mine de rien”

  1. Mine de rien Problème de visionnage Bonjour,

    Le film a l’air vraiment super mais il y a un problème de visionnage, ça ne fait que couper.

  2. Bonjour, merci pour ce Bonjour, merci pour ce reportage. Nous sommes plusieurs à relever des problème au niveau de la lecture. Cela coupe régulièrement (vidéo hachée) et cela est bien dommage ! est-il possible d’y remédier ? merci

  3. on va pas se faire mettre minable… Merci pour la réalisation et la diffusion gratuite de ce très bon doc. Je suis toulousain et j’ai l’impression que nous allons être quelques uns à aller soutenir les gens de Couflens après ceux de Sivens!

  4. Félicitation et remerciements Bonjour,
    Bravo pour se documentaire, précis, pédagogique et qui met la pêche pour retourner défendre ses droits et sa vie.
    Bonne route a vous.
    JM

  5. A utiliser sans modération Bravo, et quelle exactitude dans cette photo des prédateurs de notre sous-sol
    halte au pillage.
    Pour éviter les saccades ,commencer par enregistrer le film sur disque dur -attention c’est long 3 heures sur mon PC-
    ensuite c’est cool pour le visionner, le top c’est un grand écran connecté sur le PC.

  6. Merci Merci beaucoup,

    Excellente initiative!
    Pour lire le film sans problème, il ne faut pas hésiter à utiliser l’accès signalé : « 3 Vous pouvez regarder le film ici »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 12 janvier 2017
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.