À Clermont-Ferrand, 3.000 travailleurs disent non à la politique macronienne.

Publié le 10 octobre

Ils étaient plus de 3.000 à défiler dans les rues de Clermont-Ferrand, hier, en opposition à la politique du gouvernement. Un rassemblement interprofessionnel et intergénérationnel, teinté d’antifascisme.

« Nous sommes plus de 3.000, et demain nous serons toujours plus nombreux pour combattre la politique de Macron ! » À Clermont-Ferrand, la mobilisation contre la casse du service public a été largement suivie. À l’appel d’une intersyndicale regroupant la CGT, Force ouvrière, la FSU, l’UNEF et l’UNL, des salariés de tout le secteur public et d’une partie du privé sont descendus dans la rue, hier mardi 9 octobre. En particulier, ce sont les restrictions budgétaires, les suppressions de postes et les privatisations de pans entiers du service public qu’ont dénoncé les manifestants. Mais c’est bien l’ensemble de la politique macronienne qui était dans le viseur des grévistes.

Car les banderoles ont rappelé qu’aucun secteur n’est épargné. Les salariés des hôpitaux et des ehpads étaient présents, alors que leurs conditions de travail ont déclenché un scandale cet été. De même que les inspecteurs du travail, dont les moyens d’action ont été considérablement réduits depuis le début du mandat présidentiel. Mais aussi les cheminots, victimes de la privatisation de la SNCF, les salariés de la mission locale, en manque de budget, les animateurs, laissés eux aussi sur le carreau après les nouveaux changements de rythmes scolaires, et soumis à des régimes de travail précaire. Ainsi, bien entendu, que les étudiants subissant Parcoursup et la refonte de l’arrêté licence, et les retraités paupérisés par la hausse de la CSG.

La manifestation fut donc interprofessionnelle et intergénérationnelle. Mais elle a également été antifasciste. Alors que le parcours longeait la rue de la Treille, les organisateurs ne se sont pas privés pour lancer chansons et slogans à l’encontre des occupants du Bastion social. L’intersyndicale a d’ailleurs appelé à se rassembler devant le tribunal le 19 octobre à midi, pour assister à l’audience de militants d’extrême-droite, jugés pour une agression.

À l’issue de la manifestation, des représentants syndicaux ont été reçus à la préfecture pour faire entendre leurs revendications. Une rencontre qui est sans doute la première d’une longue série, car des membres du gouvernement ont évoqué un possible recul de l’âge du départ à la retraite.

 

Davy Delfour

 

 

 

 

 

 

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 9 octobre 2018
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.