Un supermarché pour consommer éthique, le défi de la Coop des Dômes

Publié le 27 octobre 2018

La Coop des Dômes, premier supermarché coopératif à Clermont-Ferrand, ouvrira ses portes les 17 novembre. Ses bénévoles ont présenté leur projet lors d’une réunion d’information ce mardi.

Une grande surface peut-il promouvoir la consommation éthique ? C’est l’ambition de la Coop des Dômes, qui ouvrira son supermarché coopératif en face du Château des Vergnes le 17 novembre. Avec déjà quatre cents adhérents et une quarantaine de producteurs partenaires, l’association met en avant une démarche citoyenne, basée sur le développement des circuits courts et un fonctionnement horizontal.

Le principe est simple : chaque client de la grande-surface peut y faire ses courses en échange d’une adhésion et de trois heures de bénévolat par mois pour l’établissement. En échange, celui-ci s’engage à proposer les produits les plus respectueux de l’environnement possible, et à rémunérer correctement les producteurs. « Les coûts de fonctionnement sont largement réduits par rapport à un magasin classique », expliquent Alain, Elizabeth et Thierry, bénévoles de la Coop des Dômes, lors d’une réunion de présentation qui s’est tenue mardi soir. « Cela permet de pratiquer des prix comparables à ceux des autres supermarchés sur la plupart des produits. » Une dimension d’autant plus importante que l’association a choisi de s’installer au cœur d’un quartier de Clermont-Ferrand qui concentre une majorité de travailleurs à bas revenus. « On a pris cette décision pour promouvoir la mixité sociale, pas pour installer un magasin de bobos au milieu d’un quartier populaire », rappelle Elizabeth. « On ne peut pas arriver là-bas avec des pots de confiture à huit euros. On va certainement devoir proposer plusieurs gammes de qualité différente. »

Et il ne s’agit pas de la seule problématique à laquelle vont devoir se confronter les courageux bénévoles du futur magasin. « Dans nos comportements de citoyens, de travailleurs et de consommateurs, il y a parfois des fossés de contradiction », relève Thierry. « C’est à nous de faire au mieux pour les surmonter. » À titre d’exemple, les produits qui ne peuvent pas être achetés à des producteurs locaux seront sélectionnés sur la base des labels existants, avec tous les défauts que cela implique. « Ce sera aux adhérents qui décident de mettre ces produits en vente de se renseigner sur leur impact social et environnemental », indiquent les bénévoles. « Il faudra s’adapter en fonction de ce qu’on apprend plus tard sur ces labels ou ces produits. On n’aura pas tout bon dès le début, mais on fera au mieux. » Pour prendre les meilleurs décisions, l’association compte sur un fonctionnement horizontal et démocratique. « Le succès de la Coop des Dômes repose sur l’implication de chacun. C’est notre aventure à tous, le magasin deviendra ce qu’on en fera. » Il n’y a plus qu’à souhaiter bon courage aux bénévoles pour le défi qui les attend : promouvoir la consommation éthique dans une économie de marché qui y est définitivement hostile. Pour les rejoindre dans cette aventure, il est possible d’adhérer en ligne sur le site internet de la Coop des Dômes.

 

Davy Delfour

 

À lire également

1 réflexion sur “Un supermarché pour consommer éthique, le défi de la Coop des Dômes”

  1. Ping : Quatre mois après l’ouverture, la Coop des dômes se porte bien - MEDIACOOP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 24 octobre 2018
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.