À Clermont-Ferrand, les avocats serrent les rangs

Hier, jeudi 16 janvier, plus d’une centaine d’avocats ont participé en cortège et en robe à la manifestation contre la réforme des retraites. Fortement mobilisée, la profession mène désormais la lutte aux côtés des travailleurs, notamment par le blocage des tribunaux.

À nouveau, près de 5.000 personnes ont battu le pavé à Clermont-Ferrand, ce jeudi 16 janvier, pour faire reculer la réforme de la retraite par points. Avec une nouveauté dans cette manifestation : un cortège de plus d’une centaine d’avocats, attendus et acclamés pour leurs actions récentes de blocage de procès.

Sa robe noire sur le dos ornée d’un badge du syndicat des avocats de France (SAF), Léna participe au mouvement depuis le début, comme bon nombre de ses collègues. « En réalité, la plupart d’entre nous sommes mobilisés depuis le 5 décembre », explique-t-elle. C’est avec l’amplification de la grève que les avocats ont franchi le cap de défiler en robe malgré le protocole. Un engagement qui se traduit par des actions d’éclat : deux fois déjà à Clermont-Ferrand, les avocats sont intervenus pour empêcher qu’un homme puisse être jugé sans avocats, s’auto-désignant par dizaines pour bloquer la tenue du procès. « C’est réellement bluffant de vois tous les confrères unis », confirme Léna. « Beaucoup parmi nous ne sont pas militants, n’ont pas du tout pour habitude de se mobiliser. Mais là, il y a un raz-le-bol qui se généralise. Il y a eu une réforme de la justice qui éloigne le justiciable du tribunal, attaquant le droit à la défense des personnes les plus précaires. Il y a les violences policières et la répression judiciaire qui ont été rendues de plus en plus visibles ces derniers mois. Et maintenant, il y a la réforme des retraites. Tout ça mené par un gouvernement qui pratique le mensonge de manière assumée ; aujourd’hui, on montre qu’on ne peut plus nous prendre pour des idiots. »

La militante l’assure, « tous les confrères sont présents en assemblée générale », jeunes et moins jeunes. Si bien que la mobilisation commence même à gagner certains magistrats, malgré les craintes pour leurs avancements. « On est dans un moment politique très fort », estime Léna, pour qui « il n’est plus possible de croire ce gouvernement. Il n’y a plus d’autre choix que de continuer à se battre ».

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 17 janvier 2020
Écrit par Davy DELFOUR
Davy Delfour est journaliste. Après avoir fait ses premières armes dans un plus grand groupe de presse locale, il se spécialise avec Mediacoop dans la couverture des mouvements sociaux et de la vie associative locale. Fort d’un parcours atypique, formé sur le terrain, il enrichit son analyse en diversifiant son champ de connaissances. Issu d’une jeune génération de journalistes, il partage avec les élèves de l’éducation aux médias l’habitude d’un monde dominé par les outils numériques, dans lequel il faut apprendre à distinguer les opportunités intéressantes des nouvelles menaces.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.