Un couple de français et leur enfant bloqué au Pérou

Alors que ce devait être un beau voyage, Aurelie et Fred se retrouvent coincés au Pérou avec leur petit de 3 ans, sans aucune perspective de retour en France, où leurs trois autres enfants les attendent. Ils dénoncent l’inaction du pouvoir français. Récit.

Trois lits et une douche. Leur lieu de confinement dans la campagne péruvienne, loin de Cusco et Lima, n’offre ni table ni chaise. Pourtant, le 21 février, quand le couple et leur petit dernier prennent l’avion pour l’Équateur, rien ne laisse présager que le voyage va devenir un cauchemar. Rien ou presque. Déjà, outre-atlantique, on entend la rumeur du Coronavirus propagé sur le territoire français. Fred a le malheur d’éternuer dans un restaurant, on lui demande sa nationalité. Plus tard, ils montent dans un TukTuk. Une femme y est déjà installée. Elle force sa petite fille à tourner la tête pour ne pas respirer l’air des français.

La petite famille débarque au Pérou, le 10 mars. 2 jours plus tard, ils apprennent que les frontières vont fermer le 14. Alors Fred et Aurélie sont prévoyants, ils appellent dès le vendredi l’ambassade, incapable de leur donner des informations. Air France refuse de leur rembourser leur vol du retour prévu le 26 mars mais la compagnie leur propose en revanche un billet pour 14 mille euros ! Impossible de sortir cette somme.

Aurélie pense alors aux enfants restés en France, confinés sans eux, et surtout ne sait pas quand elle pourra les revoir : «  Le président français avait dit qu’il rapatrierait tous les ressortissants. C’est absolument faux. D’abord, parce qu’il nous faut prendre en charge les billets, et parce qu’ici, alors que nous voyons les ressortissants nord-américains ou israéliens être pris en charge par leur pays, nous, nous n’avons aucune possibilité de rentrer. On nous dit de nous rendre à Lima, capitale où se trouve l’aéroport international. Mais là-bas, les français ne peuvent pas rester. On nous refuse les chambres, les péruviens se méfient de nous, avec ce virus. La violence est grandissante. Au Pérou, les gens n’ont aucune réserve d’argent, voilà quatre jours qu’ils ne travaillent plus. Dans une semaine, ils ne pourront plus se nourrir…Donc à Lima c’est dangereux, ici, nous avons au moins une chambre, mais nous sommes loin de l’aéroport et tous les vols internes ont été annulés, hier. Nous n’avons aucune alternative ! »

Aurélie retient ses larmes. Hier, en marchant dans la rue avec son fils, elle a reçu des insultes et un homme a balancé de son balcon, un fruit à 20 cm de sa tête. Les tensions se tendent. Même si dans le village, ils estiment ne pas risquer grand-chose  » Malgré tout, nous ne pouvons pas rester ici. Le confinement a été déclaré pour 15 jours. Mais le nombre de cas va grandir c’est inéluctable, combien de temps allons-nous rester coincés ? Nous sommes malades…Car ici, on manque d’hygiène…c’est l’enfer... »

Hier, l’ambassade a annoncé à 17h, sur son site Facebook, qu’un vol allait être mis en place en partance de Lima. Il fallait répondre avant 18 heures ! Pour Fred et Aurélie, éloignés et sans aucun moyen de rejoindre Lima avant demain, l’affaire est impossible. Ils ne savent pas si d’autres vols sont prévus…

Aurélie et Fred enragent donc contre le gouvernement français qui ne respectent pas leurs discours annoncés. Ils veulent juste rentrer le plus rapidement embrasser leurs enfants.  » Mais on a bien peur qu’il faille plusieurs mois avant cela. Et dans ces conditions , nous ne tiendrons pas. De plus, ici, nous sommes en danger, réellement. On pense qu’il va y avoir des bagarres et sûrement que les français seront les premières cibles… »

Nous avons pu joindre Aurélie et Fred par Whattsapp. Merci à eux de leur confiance.

À lire également

4 réflexions sur “Un couple de français et leur enfant bloqué au Pérou”

  1. Je confirme que les français bloqués au Pérou sont depuis une semaine, dans nouvelle d’Air France. Hormis certains bruit sur le prix prohibitif des billets retour.
    Il n’y a pas de petit bénéfices.

    1. Je suis un ami d enfance d aurelie je viens d apprendre la nouvelle. Merci de me transmettre leur contact whatsapp ou autres merci. Dites nous comment nous pouvons les aider. Cordialement jimmy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 21 mars 2020
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.