Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand :  » Le rôle d’un maire en cette période n’est pas de tout repos… »

Alors que les directives et recommandations gouvernementales pleuvent depuis le début du confinement, nous nous sommes interrogés aux  » pouvoirs  » qu’avaient les élus locaux. Pour mieux comprendre, nous avons interrogé Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Auvergne Metropole.

Si de nombreuses règles sont communes à tous, en période de confinement, certaines décisions peuvent ou doivent être prises par le maire de la ville. D’ailleurs le cadre juridique des élus locaux a été modifié afin de permettre un peu plus de libertés notamment dans les engagements de dépense, et les décisions prises par ordonnance, avec bien sûr l’obligation d’informer les élus. «  Cela nous permet de pouvoir agir dans l’urgence si c’est nécessaire. « 

Outre les décisions gouvernementales à faire respecter sur son territoire, le président a dû prendre des décisions pour la métropole.  » C’est moi qui ai décidé de fermer les piscines et les bibliothèques, car je trouvais cela cohérent. Si les bars avaient obligation de fermer, nous nous devions de fermer les lieux publics. » Autre rôle du maire celui de la gestion de la police municipale,  » Nous avons par exemple refuser d’instaurer un couvre-feu « , des transports publics  » Nous avons conservé 30% des bus, tram, etc « . Autre responsabilité, celle de faire fonctionner les CCAS et les EHPAD, en plein cœur de la tourmente actuellement. Des décisions parfois plus anodines mais malgré tout parfois contraignantes :  » J’ai pris l’initiative aussi d’annuler les mariages. »

Ainsi si la feuille de route est donnée par le gouvernement, les maires ont à charge de la mettre en application sur leur commune, avec quelques libertés, tout en continuant à assurer leur mission quotidienne :  » Nous devons par exemple continuer à gérer le ramassage des ordures ménagères ou encore le réseau d’eau…tout en protégeant les usagers et les employés.  »

 » Nous avons décidé de commander des masques pour chacun des habitants de la métropole, en vue du 11 mai.  »

Olivier Bianchi, président de Clermont Auvergne Metropole

Pour cette date du 11 mai tombée cette semaine, le maire réfléchit encore à différentes hypothèses, car là encore c’est lui qui a la gestion des écoles maternelles et primaires quand le département a celle des collèges (ou la région celle des lycées). Chaque maire doit donc composer avec les décisions gouvernementales. Concernant la reprise des écoles, il faut aussi s’allier avec l’inspection académique, de nombreuses réunions sont donc nécessaires pour chacune des décisions à prendre. «  En période de confinement, on ne chôme pas, j’ai par exemple 2 à 3 réunions par jour avec mes directeurs généraux ou mes directeurs de service. En vue du déconfinement, nous avons dernièrement décidé d’équiper chaque habitant de l’agglomération, nous attendons donc une livraison de 300 mille masques.  »

Le maire, c’est aussi un employeur. Les fonctionnaires de la ville et de la métropole ont tous leur salaire assuré.  » Nous avons choisi de maintenir aussi celui des contractuels. Entre le 11 et le 18 mai, il faudra remettre au travail 90 % de nos effectifs, il faut là aussi réfléchir à tout cela…et surtout nous espérons pouvoir tenir un conseil municipal et un conseil communautaire en juin.  »

Le maire de Clermont-ferrand le sait «  En période de confinement, nous ne sommes pas dans la meilleure des démocraties, nous ne pouvons tenir nos conseils, qui sont importants pour les débats, et les décisions à prendre…Il est important de les remettre à l’ordre du jour… »

D’autres problématiques se posent, pour des structures aussi essentielles que les Missions Locales, à l’arrêt ou même la commission d’attribution des logements sociaux…Sans parler des indépendants ou métiers de bouche .  » Par le biais de la métropole, dans le cadre régional, nous espérons pouvoir aider ces sociétés à l’arrêt… »

Pour lui cette crise de nature totalement inédite l’est par plusieurs points : «  C’est une crise longue, il ne s’agit pas d’un attentat par exemple, elle dure dans le temps, on doit donc assurer les services publics comme le ramassage des ordures ménagères etc, elle est anxiogène et crée bien évidemment des manques dans les métiers où l’on ne peut plus exercer comme avant.. Elle nous montre notre vulnérabilité, elle affecte les gens. Moi je dois être à la hauteur de mes responsabilités, et donc je dois être mobilisé. A titre personnel, je suis épargné, et donc je dois rester concentré sur mon travail d’élu. Cette crise fait forcément réfléchir au sens des priorités, mais d’autres sujets comme l’autonomie alimentaire par exemple. bien sûr, elle remet en premier plan le débat sur l’hôpital public, qui mériterait un grand plan Marshall.

Mon rôle de maire est d’assurer les services publics que nous avons en charge. Et globalement, nous avons réussi à préserver les approvisionnements en eau ou en denrées alimentaires, mais nous avons aussi de la chance d’être une région épargnée…Est-ce une bonne chose pour la suite ? Serons nous assez immunisés si arrive une deuxième vague ? la seule chose que je pourrai dire à mes concitoyens c’est d’avoir confiance, nous assumerons nos responsabilités, nous nettoierons les classes avant la rentrée, nous allons préparer avec soin le déconfinement. Il faut juste que chacun respecte le travail, les services afin de ne pas rajouter de labeur à nos employés qui nettoient, qui préparent. Nous devons tous être mobilisés et ne pas être des vecteurs aggravants. Et alors, cela ne pourra que bien se passer… »

À lire également

1 réflexion sur “Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand :  » Le rôle d’un maire en cette période n’est pas de tout repos… »”

  1. Oui Olivier tu as raison. Tu as beaucoup de responsabilités mais te connaissant tu sais ce que tu fais. Tu n’agis pas à l’improviste.
    Bon courage.
    A bientôt.
    Noëlle MANRY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 16 avril 2020
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.