Des ressortissants français coincés et le monopole d’Air France : le cas du Sénégal

Nous avions déjà parlé des prix exorbitants pratiqués par Air France, empêchant les ressortissants au Pérou de rentrer en France. le cas semble se confirmer aussi au Sénégal où la compagnie a obtenu l'exclusivité pour le rapatriement de tous les ressortissants européens. AU Sénégal, 150 personnes n'ont pas pu être rapatriés, dont certaines en urgence médicale. Nous avons pu joindre Wilfried, coincé en Casamance.

La Casamance, petit paradis sénégalais, collée contre la frontière de la Gambie, semble loin de tout, aujourd’hui. En tous cas, c’est le ressenti d’une trentaine de français toujours coincés dans cette région, en plus des 120 autres répartis dans l’ensemble du territoire de ce pays d’Afrique de l’Ouest. Au Sénégal, on compte le 5 ème mort aujourd’hui et un français décédé évacué. De nombreuses personnes ont été testées et sur les 377 cas positifs, 237 sont déclarés guéris. Aussi, face à une épidémie encore timide, le pays n’a pas usé de la politique du confinement mais a instauré un couvre-feu de 20 Heures à 6 h et l’interdiction de se déplacer dans une autre région. Le pays a aussi fermé ses frontières jusqu’au 31 mai. Pour Wilfried, lyonnais venu pour raisons familiales en Casamance, l’équation devient alors compliquée :  » Pour rentrer chez moi, il faut que je prenne l’avion à Dakar. Or, de Ziguinchor ( ville de Casamance) , aucun vol intérieur n’est prévu. Normalement, on passe par la Gambie, mais avec la fermeture des frontières, on est bel et bien coincés… » Enrage Wilfried qui aurait dû reprendre le travail le 12 avril.  » Du coup j’ai posé tous mes congés…ça m’amène au 11 mai… »

Retrouvez la vidéo de Wilfried sur ce lien :

https://www.facebook.com/100006324643268/videos/2442511665969631/

Autre fait particulièrement agaçant, alors que le ministère des Affaire étrangères a bloqué le prix des billets retour pour tous les ressortissants, Air France, par un subtil tour de passe-passe, a pu augmenter les prix. En effet, la compagnie se défend en faisant passer ces vols de rapatriement pour des vols spéciaux…et fait appliquer des tarifs bien au-delà des préconisations ministérielles. Pour Wilfried et 150 autres personnes, il est impossible de se payer un billet chez Air France.  » Il faut savoir que nous avons déjà payé nos billets Aller-Retour en venant ici, et nous n’avions pas pris Air France, qui est bien plus cher que les autres compagnies. Donc là, non seulement on ne nous rembourse pas notre billet retour pris avant notre départ, mais en plus, il faudrait que l’on paie un billet retour chez Air France, qui équivaut à un billet Aller/retour chez les autres.  » En effet, le billet de simple retour est facturé actuellement entre 700 et 800 euros, alors qu’un aller-retour chez Air Sénégal ne coûte que 500 euros ! Ainsi nombre de personnes sont bloquées au Sénégal sans être entendus. Pourtant, Wilfried a créé une liste de toutes les personnes qui ont besoin de rentrer en France. Parmi elles, plusieurs ont besoin de soin, notamment une femme souffrant de leucémie, et d’autres français diabétiques ou en insuffisance cardiaque ou respiratoire. D’autres n’ont plus d’argent pour subsister. Une lettre ouverte a donc été envoyée ce jour par le collectif aux présidences des deux républiques concernées et au ministère des Affaires Etrangères, sans aucune réponse actuellement. Comme l’explique Floriane :

Le monopole d’Air France, seule compagnie aérienne a avoir le droit de rapatrier les ressortissants européens…

Wilfried, ressortissant français bloqué au Sénégal

De plus, Sur Internet des conseillers consulaires ont tenté de répondre aux critiques faites par ces ressortissants bloqués au Sénégal.. Bizarrement, sa réponse est aussi signée du nom de Gérard Sénac.

Gérard Sénac est le PDG d’Eiffage Sénégal, cette entreprise du BTP qui travaille notamment sur les autoroutes qui relient l’aéroport à Dakar, mais qui a aussi en charge la construction de nombreuses routes et du TER de Dakar.

Doit-on y voir un lien avec le fait qu’Air France soit désormais la seule compagnie autorisée à l’aéroport international de la capitale sénégalaise ? Ce français a-t-il pu négocier le monopole de la compagnie française ? Les deux entreprises françaises siègent ensemble comme conseillers du commerce extérieur de France au Sénégal. En tous cas, cette décision pèse sur tous les ressortissants européens qui veulent rentrer chez eux et donc doivent passer par Air France. Certains commencent d’ailleurs à ressortir le concept de Françafrique pour expliquer cette mainmise française sur la gestion de la crise au Sénégal. Toujours est-il que Air France doit donc désormais rapatrier tous les européens, et tous les vols jusque début mai sont déjà complets, par des personnes qui ont pu payer leur billet plein tarif…

Les autres restés sur le tarmac sénégalais réclament soit la baisse des prix d’Air France, soit l’ouverture de lignes par Air Sénégal, beaucoup moins cher, et la possibilité de pouvoir traverser les régions afin de se rendre à Dakar…  » En plus, Air France ne nous remboursera même pas nos billets, on aura droit à un avoir sur nos prochains billets, mais là, on n’a pas tellement envie de faire bosser la compagnie qui profite de la crise pour se faire de l’argent… »

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 20 avril 2020
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.