» Le sport peut sauver des vies  » Pascal Thibault, Président de l’ASM

Alors qu’ Edouard Philippe doit présenter le déconfinement en 6 points ce mardi, nous avons interrogé, Pascal Thibault, président de l’ASM Omnisports afin de savoir quelles étaient ses positions quant à la reprise des activités du club.

 » Le 17 mars, on a écouté le président et on a fermé toutes les installations. Avec nos 170 salariés, dont seulement quelques-uns ont pu continuer à travailler, notre structure a dû réfléchir à l’après.  » Et l’après, nous y sommes presque. Le 11 mai, avec le déconfinement, se pose la question de la reprise des activités pour chacun. Lors de son allocution demain, Edouard Philippe doit évoquer les 6 points essentiels, dont le sport.  » Nous nous réunissons beaucoup en visio, et nous avons décidé en premier lieu de développer des initiatives. Nous avons beaucoup d’éducateurs qui sont des pépites, des potentiels incroyables. Nous pensons que leurs compétences sont utiles dans cette crise. Aussi, nous avons décidé de nous mettre à la disposition des soignants, et de tous ces gens qui continuent de travailler durant la crise en leur proposant de la remise en forme et des séances de sport, grâce à nos éducateurs. Nous réfléchissons au respect des gestes barrière avec nos équipes médicales.  » C’est ainsi que commence Pascal Thibault, président de l’ASM. De plus, le club a déjà mis en place des challenges, et différentes animations en ligne comme un concours de dessin.  » Nous voulons absolument maintenir le lien social… » Mais pour le président de l’ASM, il est aussi indispensable de poursuivre l’activité physique.  » Une personne qui fait du sport régulièrement est une personne en bonne santé et qui a de meilleures capacités immunitaires. Nous avons 7000 licenciés auxquels nous ne pouvons plus dispenser de sport…que ce soit dans nos sections sportives ou dans les entreprises. Pourtant, faire du sport c’est une façon de lutter contre le virus. » pour P. Thibault, cette inactivité sportive est une catastrophe sanitaire mais aussi sociale, d’insertion. Alors, le club a décidé de préparer le déconfinement : » Nous avons trois objectifs, le respect des conditions sanitaires et pour cela nous réunissons les membres de notre cabinet médical, et attendons les prérogatives gouvernementales. Ensuite, nous pensons qu’il faut revenir le plus vite possible au sport. On se doute que ce sera plus compliqué pour les sports de contact, mais pour les autres activités, si les choses sont respectées, on pense que ça devrait très vite suivre le déconfinement. Et enfin, nous voulons que les éducateurs retrouvent 100 % de leur activité, et ce dès le 11 mai avec la mise en place de cette entraide avec les personnes qui sont sur le terrain depuis le début du confinement.  »

Le président n’est pas le seul à préconiser un retour rapide à l’activité sportive, de nombreuses fédérations ont abondé dans le même sens, et surtout le CNOSF ( Comité National Olympique et Sportif Français) qui a déclaré qu’il fallait absolument remettre le sport dans les urgences à traiter, même si les compétitions et rencontres ont été annulées et seront à organiser dans un deuxième temps.  » on a bien compris que le calendrier de compétition était terminé pour la saison, mais il faut que les clubs, associations puissent reprendre leurs activités et surtout que les gens se remettent à bouger…Ca rend créatif ce confinement, nous réfléchissons à des tutoriels en ligne, etc…et surtout nous aimerions dès le 11 mai pouvoir être de nouveau présent dans les écoles auprès des enfants…Car le sport est bon pour la santé mais aussi pour l’éducation… »

Ainsi, le président de l’ASM a décidé avec son équipe de remettre le plus tôt possible tout ne place pour reprendre les activités, peut-être sous forme de pilote au départ, et dans certains sports seulement.  » Nous devons accepter d’être dans une incertitude médicales et scientifique…Et nous ne sommes pas à l’abri de nouvelles données qui nous forceront à réfléchir à de nouvelles stratégies …Et peut-être devrons nous évoluer, c’est pourquoi nous travaillons sur des projets à 15 jours. Dans 15 jours nous devrons peut-être changer notre fusil d’épaule. »

Si l’ASM a ses infrastructures pour de nombreux sports ( stade, gymnase,) l’association doit malgré tout travailler non seulement avec les fédérations de chaque sport, mais aussi avec les élus locaux qui détiennent par exemple tout pouvoir sur les piscines.  » Nous attendons l’intervention du premier ministre avec intérêt, et nous aviserons mais nous serons fermes, nous pensons vraiment que le sport peut sauver des vies, parce qu’il agit sur la santé physique mais aussi mentale…Il n’est pas un détail dans la crise que nous traversons… »

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 27 avril 2020
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.