Polémique autour de la cantine d’Orcines, une affaire de réglements de compte politiques ?

Alors que la responsable de la cantine part à la retraite et que sa collègue est en arrêt maternité, le maire a décidé de faire appel à un chef cuisinier extérieur. Une position que la FCPE dénonce. 

« Nous déplorons que la municipalité privatise notre cantine  » exprime une des porte-paroles de la FCPE de l’école publique d’Orcines. « Nous avions instauré un lien de confiance avec des producteurs locaux. Nos enfants mangeaient sainement, et là, on nous apprend au détour d’une commission des affaires sociales que nos enfants mangeront, à la rentrée, différemment.  » L’association de parents d’élèves souhaite donc alerter sur ce changement en mettant en ligne une pétition et un rassemblement (en attente d’autorisation de la préfecture) ce jeudi. « Nous aurions aimé que le maire nous en parle lors de notre réunion en juin. »

La mairie a effectivement fait appel à la société API, et un chef cuisinier sera dépêché sur place. « Mais dans la convention que nous allons signer, les choses sont claires, il s’agit d’un contrat d’un an, puisque la personne qui doit remplacer le départ en retraite est actuellement en congé maternité jusqu’à minimum décembre. Nous avons reçu cette personne et avons parlé avec elle de la situation. Il est évident que dès le mois de septembre 2021, c’est elle qui reprendra le poste, mais il nous fallait assurer la rentrée scolaire des enfants  » rétorque le maire, qui voit là une attaque politique plus qu’une posture pour le bien-être des écoliers de la part de la FCPE. « Nous avons l’assurance que la loi Egalim sera respecté. Les enfants mangeront 20 % de Bio, 30 % de produits locaux et 80 % de produits frais, nous savons que c’est important pour les parents et les enfants.  » Effectivement, en 2017, un sondage faisait remonter que 97 % des parents étaient satisfaits de la cantine et étaient même prêts à payer plus pour avoir de la qualité. « Nous avons, dans cette cantine, éduqué les enfants au goût » assure une maman d’élève. « Une cantine bio c’est notre combat depuis 4 ans » poursuit une responsable FCPE, « mais nous ne voulons pas démanteler le réseau local avec les producteurs et nous n’avons aucun renseignement sur les tarifs avec cette nouvelle entreprise.  » Du côté de la mairie, la réponse est pourtant assez limpide : « Avec ce prestataire qui viendra cuisiner chaque matin dans nos cuisines, nous avons l’assurance de faire travailler les producteurs locaux, plus même qu’avant, ce ne sont pas tous les mêmes producteurs qu’avant, certes mais nous entrons dans une démarche de circuit ultra-court. Nous aurons un repas végétarien par semaine comme il nous l’a été demandé. Je comprends que les administrés puissent être choqués de ne pas être au courant de cette décision, mais en cette période de covid, il nous est difficile de nous réunir ou de communiquer comme avant. Et nous en débatterons au prochain conseil municipal de cette semaine. D’ailleurs il en est de même pour la restauration scolaire, les recommandations pour la rentrée sont très strictes, il fallait nous en préoccuper rapidement. Mais, moi, j’ai assisté à tous les conseils d’école et j’en suis à mon troisième mandat, je suis maire depuis 2008. Je dois avouer que depuis 3 ans, les parents FCPE dont certains étaient sur la liste opposante ne m’ont pas facilité la tâche…J’essaie de faire de mon mieux pour l’école…D’ailleurs à la commission des Affaires sociales, j’ai demandé si quelqu’un avait une autre solution. A part me dire qu’il faut recruter quelqu’un seulement sur le temps de l’arrêt maternité soit 4 mois, on ne m’a pas beaucoup aidé. Moi je suis contre faire des contrats de 4 mois puis jeter les gens après. Et il est très difficile de trouver un cuisinier qui veut bien venir travailler chez nous.  » Pour la FCPE, le maire arrange à sa manière : « Nous n’avons pas les mêmes échos, d’ailleurs, cette personne en arrêt maternité a accouché prématurément après son rendez-vous avec le maire.  » Un argument que le maire juge inacceptable : « Je n’étais pas seul à cette réunion, nous étions plusieurs et ça s’est très bien passé. Il s’agit de propos calomnieux qui mériteraient un dépôt de plainte, on ne peut me rendre responsable d’un accouchement prématuré. Ils vont beaucoup trop loin…Surtout que nous avons fait de notre mieux, en répondant aux attentes des parents et en pensant au bien-être des enfants..Si cette posture dérange la FCPE, alors cela me questionne.  »

Voici le lien pour la pétition mise en ligne par les parents d’élèves : https://www.mesopinions.com/petition/enfants/touche-cantine/96556

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 22 juillet 2020
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.