Comment les paradis fiscaux ont ruiné mon petit déjeuner…la BD à ne pas manquer !

On a reçu à la rédac cette Bd, qui nous avait déjà fait de l’œil sur un étal de la librairie des Volcans ( librairie reprise en SCOP par ses salariés à Clermont-Ferrand). L’auteur, un québécois réfugié à Volvic a même accepté de parler de son oeuvre avec nous…A la fois drôle et pédagogique, cette BD est à mettre entre toutes les mains de ceux qui n’ont pas encore compris le lien entre leur enceinte Amazon et la fermeture des hôpitaux publics…on s’explique…

 

C’est l’histoire d’un petit avatar de François qui décide de ne plus consommer de produits en lien avec l’évasion fiscale. Sauf, que, il se retrouve alors vite sans pouvoir manger assis (adieu le mobilier IKEA) ni même regarder ses films arts et essai au cinéma (produits par Amazon).

On se marre en voyant le petit bonhomme chercher des solutions, et  qui finit toujours par se retrouver pris au piège d’une multinationale qui a caché ses sous dans un joli paradis. Mais on apprend aussi plein de façons de faire de certaines entreprises pour ne pas reverser leur argent, sous la complicité des chefs d’Etat.

Pour l’auteur, tout commence par le travail d’Alain Deneault, philosophe québécois. “ J’ai lu ses bouquins, et je me suis dit que la BD pouvait démocratiser encore un peu plus son discours. ” Francois Samson-Dunlop commence alors à dessiner son histoire, alors que sort l’affaire des Paradise Papers fin 2017. “ Je me suis dit que les gens allaient se réveiller. ” Mais finalement, cette histoire d’évasion fiscale reste abstraite pour le plus grand nombre. ” Alors qu’elle a une incidence sur chacune de nos vies. ” s’exclame l’auteur qui s’explique : ” Voilà, on te dit qu’il faut faire des économies de notre argent public, alors on t’assène qu’il n’y pas d’autres choix que de fermer les hôpitaux, les écoles…mais en fait, l’évasion fiscale en France c’est désormais 100 milliards d’euros, largement de quoi faire, non? Le manque d’argent est un prétexte pour développer la privatisation, je le sais bien, mais au moins les politiques en place ne pourraient plus nous sortir cette excuse.

L’éternel optimiste François voit un éveil des consciences, grâce aux mobilisations sociales des derniers temps, comme les Gilets Jaunes “ Mais tout ça, on le verra dans plusieurs années, il faut du temps. Au canada, en 2012, 8 mois de mobilisation contre la hausse des frais de scolarité qui sont devenus des mois de luttes plus globales, de remises en question. Et ça a changé les choses, les positions des élus.

François sait aussi que ces mêmes élus ne changent pas le monde :  ” Il faut une diversité des tactiques. On a besoin de l’élu réformiste autant que du révolutionnaire, du Black bloc qui casse la vitrine de banque et du député qui va pousser une gueulante à l’assemblée Nationale. ”  

Le bédéiste aime à rappeler la casse de la radio publique canadienne, qui aujourd’hui fait des rediffusions de ses émissions car sa grille des programmes est incomplète faute de moyens. ” Et il est très difficile de réparer ça, je crois qu’il vaut mieux lutter en amont…” 

Mais pour savoir pour quelles raisons on lutte et par quels moyens, il faut prendre conscience. “ Je crois que lire une BD c’est à la portée de tous, et qu’elle peut faire changer le rapport des gens avec l’évasion fiscale, afin qu’ils se rendent compte que lorsqu’ils achètent une enceinte sur Amazon, ils donnent de l’argent qui ne sera pas réinjecté dans l’hôpital public qui soignent leurs parents ou enfants. Il faut que chacun prenne conscience que leurs achats ont une incidence politique finalement. ” L’évasion fiscale a été un sujet particulièrement traité ces derniers temps, mais sans que jamais on ne se rende compte des conséquences sur la vie d’une société. “ Je crois que la solution c’est l’éducation populaire, c’est parler aux gens. Moi, j’ai écrit cette BD pour mes copains chez qui je me suis rendu et qui avaient cette satanée enceinte Amazon…Mais juste parce qu’ils ne savent pas. Une fois qu’ils ont lu la BD, ils réfléchissent autrement.

François est certain que la solution arrivera par nous, à force de répéter qu’il faut aller chercher ces 100 milliards et les réinjecter là où, légalement ils devraient être : dans les services publics. “ Je ne te parle pas des coups de bluff de Bruno Lemaire qui veut taxer les grandes entreprises sur leurs revenus en France. Leurs revenus déclarés en France sont ridicules ! Mais il fait croire qu’il se bat contre l’évasion. De toutes façons, ce gouvernement est ultra-violent, il est en mission de démolition des services publics. Moi je pense que Macron ne se représentera pas, son objectif est de détruire le système public, une fois fait, il partira. Mais je crois que nous voulons tout une bonne éducation pour nos enfants, de bons soins. Je crois que nous sommes tous d’accord là-dessus. ” Reste que certains pensent la lutte vaine, et baissent les bras. ” La Bd c’est pour se donner une envie de lutter, une bonne raison mais il faut que la lutte soit joyeuse, sinon ça ne donne pas très envie. Car il faut l’avouer le sujet est déprimant…C’est pour cela que j’ai écrit une oeuvre drôle.” 

François est témoin de la bonne critique faite sur sa BD, mais pour lui l’essentiel n’est pas là…” Un prof de lycée m’a demandé s’il pouvait se servir du bouquin pour parler du sujet à ses élèves; J’étais ravi, je veux que cela devienne un outil, que l’évasion fiscale soit un objet de conversation, que chacun se l’approprie et le comprenne, ainsi on pourra agir tous ensemble.” 

François qui travaille sous contrat précaire à l’université de Clermont-Ferrand connaît bien les nécessaires changements à appliquer à la société et notamment à ses services publics.  Dans son service, une seule personne est embauchée en CDI, tous les autres sont en CDD. “ Dernièrement on a reçu une lettre de la direction qui se félicitait de continuer ses efforts pour réduire la masse salariale… Mettre son énergie à supprimer des postes…ça ne tourne vraiment pas rond” 

Vous l’aurez compris, “ Comment les paradis fiscaux ont ruiné mon petit déjeuner ” est un pamphlet drôle, didactique, et politique, mais surtout une jolie fable pour un monde meilleur en lequel son auteur a décidé de continuer de croire…Et nous permet d’y croire de concert…

Bref, la rédac vous conseille sa lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *