Les associations Terra Preta et Un Guidon dans la Tête à la recherche d’un nouveau local.

Les associations Terra Preta et Un Guidon dans la Tête recherchent d'un nouveau local. Le propriétaire du bâtiment actuel, OPHIS, compte le démolir et donc faire quitter les lieux à ses occupants avant le 15 mars prochain. Situées pour le moment au 34 rue Albert Thomas à Clermont-Ferrand, les deux assos cherchent donc un lieu où développer leurs ateliers de réparations de vélos et de bois coopératif.

Les associations Terra Preta et Un Guidon dans la Tête, axées sur la sensibilisation à l’environnement et le lien social, souhaitent développer leurs ateliers dans un local adapté. En effet, Terra Preta s’est lancé sur la gestion des biodéchets de la métropole et sur la création d’un atelier de bois coopératif. Quant à Un Guidon dans la Tête, leurs trois salariés animent des ateliers d’auto-réparation de vélos.

La colocation dans le local actuel

La colocation entre les deux associations commence en 2017. « On venait de créer l’association. Au même moment Un Guidon dans la Tête déménageait. Ils nous ont demandé un bac à compost, qu’on leur a installé. On les a aidés sur d’autres aménagements et ils nous ont proposé d’être colocataires. » présente Aurélien Chapdelaine, co-fondateur de Terra Preta. Le lieu est squatté par les associations de manière illégale, même si la mairie les tolère. Car au départ, Terra Preta devait avoir un local place des Salins, promis par celle-ci. « Sauf que les travaux ont commencé cette année alors qu’on essaye de faire avancer les choses depuis 2017 » poursuit Aurélien. « On a proposé de payer un loyer ici, puisque les travaux aux Salins n’avançaient pas. OPHIS a refusé mais on a quand même investi le site et commencé nos activités« . Dans la cour, des tremplins en bois pour faire des courses de vélos, un barbecue, des semis, un bac de compost montrent la diversité de projets qu’il y a eu ici. « Ce qui a défini nos activités et ce lieu, c’est la richesse humaine, les échanges. Cette diversité de gens allumés qui nous ont donné plein d’idées ! » rit Aurélien.

Les critères pour le nouveau local

Les travaux pour le local aux Salins avancent et devraient permettre à Terra Preta de s’y installer en juin 2021. Mais les associations vont être expulsées le 15 mars prochain. « On a demandé un délai jusqu’au 30 juin pour rester ici. Mais la mairie ne nous considère pas vraiment, car elle paye nos salariés pour qu’on soit dans un squat. Donc je pense qu’ils sont dans le flou sur ce qu’ils veulent faire avec nous » suppose Denis.

Le nouveau local accueillera les bureaux, la gestion des biodéchets, les ateliers de sensibilisation à l’environnement. « Sauf qu’au départ, nous n’étions pas colocataires avec Un Guidon dans la Tête. Nous n’avions pas développé l’atelier bois coopératif » explique Aurélien. « On n’a pas assez de place dans le local des Salins pour nos deux ateliers. » De plus, la demande de projets sur l’atelier de bois coopératif ne fait qu’augmenter : « on ne veut pas arrêter cette activité et perdre des revenus qui s’élèvent à plusieurs milliers d’euros » poursuit Denis. C’est pourquoi les deux associations recherchent un local, à acheter ou à louer ensemble, de 350 à 650 m², situé au plus proche des Salins. Pour l’aménagement intérieur, pas de critères. « Si on doit faire des cloisons, on les fera nous-même. Pour le moment, on cherche surtout un endroit qui soit grand, où l’on puisse déménager rapidement, stocker du matériel, des outils, etc. » termine Denis.

Si vous connaissez un local situé à Clermont-Ferrand de cette taille, n’hésitez pas à contacter Terra Preta par mail, contact@terra-preta.fr ou par téléphone, 07-67-04-16-04.

N’hésitez pas à suivre les actualités des deux associations leur leurs sites : Terra Preta – Créateurs d’espaces pour la biodiversité (terra-preta.fr) et un guidon dans la tête (unguidondanslatete.fr)

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.