Le salon Joséphine : « Un autre regard sur soi »

En octobre 2018, le 3ème salon Joséphine s'implante à Clermont-Ferrand, après celui de Moulins et de Paris. Porté par le CCAS de Clermont, ce n'est pas un salon comme les autres mais un dispositif d'accompagnement pour les personnes en réinsertion. Les clients sont choisis par des travailleurs sociaux qui estiment que ces personnes ont besoin d'un coup de boost au niveau de leur estime de soi pour avancer dans leur parcours professionnel. Léah, Mélissa et Lucy accueillent ces personnes pour leur redonner confiance en elles et leur faire vivre un moment de bien-être, loin des soucis du quotidien.

Un salon solidaire

Léah est la coordinatrice du salon. « Nous ne sommes pas un salon pas cher. Nous sommes dans une démarche d’insertion socio-professionnelle, pour les habitants de Clermont et sa métropole, et pour les bénéficiaires des minima sociaux ou ayant des ressources inférieures au seuil de pauvreté. » présente-t-elle. « Ce sont des prescripteurs ou des travailleurs sociaux qui nous conseillent des clients. On les appelle pour présenter le salon et voir s’ils sont intéressés. Comme c’est un suivi, nous les accueillons une fois par mois sur une période de 6 à 12 mois. »

L’objectif du salon : travailler la confiance et l’estime de soi. « On nous oriente des personnes freinées dans leur parcours à cause de ce manque de confiance. Au sixième rendez-vous, on fait un point avec le prescripteur. Beaucoup de clients aimeraient continuer à venir au bout des 12 rendez-vous. Certains continuent de nous donner des nouvelles. C’est très émouvant quand ils nous disent : « Si vous m’aviez vu au début, j’ai complètement changé! » »

Les prestations

Pour cela, le salon, financé par la mairie, obtient des produits de beauté à partir de dons et propose des prestations qui coûtent entre 1 et 3 euros. « En général on fait une fois la coiffure, une fois un soin esthétique : les mains, les pieds, la peau… Mais le but n’est pas de faire quelque chose de difficile comme dans un vrai salon. Notre objectif c’est d’apprendre à ces personnes à prendre facilement soin d’elles. On va leur donner des méthodes pour se maquiller, se coiffer… » explique Léah.

Mais le salon offre aussi des ateliers, souvent animés par des bénévoles. Ils sont destinés à tous les bénéficiaires du salon qui choisissent les ateliers qui les intéressent. « Ça permet de créer du lien social, d’échanger autour d’une découverte et du bien-être. On peut apprendre à faire nos propres produits cosmétiques naturels, avoir des ateliers de sophrologie, de massages, savoir comment prendre soin de son cuir chevelu… »

Et tout cela pour le plus grand plaisir des clients. « Ça me permet de me sentir belle, sûre de moi » commence Christiane, qui arrive pour sa 10ème prestation. « Je suis enthousiaste quand je viens ici. On prend bien soin de nous et on nous met à l’aise. » Latifa, une autre cliente, est tout aussi satisfaite. « C’est agréable quand on s’occupe de vous. Je ne m’attendais pas à ce qu’une telle initiative existe. On est bien accueilli, on oublie tous les problèmes au pas de la porte. Je suis très agréablement surprise, j’ai hâte de revenir ! »

C’est donc dans ce havre de paix, très cosy, que les personnes en réinsertion se reconstruisent, petit à petit, et reprennent confiance en elles. Certains clients s’arrêtent à mi-parcours, car ils ont réussi, entre temps, à se réinsérer dans le monde du travail.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.