Festival étudiant contre le racisme et les discriminations : Marielle Franco à l’honneur

Par Antoine Legrand

 

C’est une tradition pour l’UNEF : faire écho à la journée mondiale contre le racisme et les discriminations. Le syndicat étudiant organise une fois de plus un festival visant à sensibiliser les étudiants à ces questions. Ateliers, projections et débats prendront place un peu partout à Clermont du 25 mars au 06 avril.

 

C’est Anna Mendez, présidente d’UNEF Auvergne qui nous ouvre le local du syndicat étudiant où affiches et programmes semblent bel et bien prêts à être distribués. « Pour nous, l’organisation de ce festival est un engagement important et nécessaire à l’heure où les discriminations sont toujours plus structurelles et transversales à la société », nous confie-t-elle avant de souligner que « Clermont-Ferrand est une des dernières villes à rester aussi fidèle au projet en créant un festival universitaire presque chaque année ».

Luttes des femmes, handicap ou sort des réfugiés, pendant deux semaines, de nombreux sujets vont ponctuer la vie du festival à travers les interventions d’historiens, d’associations, de syndicats ou d’artistes. Celui-ci démarre mardi prochain sur le thème des femmes en lutte(s) mais s’ouvrira à d’autres sujets fondamentaux comme le travail du sexe ou le handicap, notamment avec la projection du film Defiant lives de Sarah Barton qui retrace les combats de militants handicapés pour l’égalité.  La question de la transidentité, toujours plus au cœur du débat sera aussi mise à l’honneur à travers une conférence-débat animée par Karine Espineira, sociologue et Maud-Yeuse Thomas militante Trans féministe cofondatrices de l’Observatoire Des Transidentités.

Anna insiste beaucoup sur l’importance d’évoquer ces sujets. « Aujourd’hui, un transsexuel sur six est obligé d’arrêter ses études à cause des discriminations », nous rappelle-t-elle. « Ce festival est en lien avec le travail de protection des étudiants et de lutte contre les discriminations de notre syndicat ». L’entrée aux évènements est libre et Anna précise que cette année, les organisateurs ont décidé de « délocaliser » le festival qui se déroulera dans de nombreux points universitaires de la ville (Fac de lettres, Beaux-Arts, IAE…). Tout est fait pour toucher le plus grand nombre. « Le festival permet d’attirer et de sensibiliser plus de monde, de toucher un public qui n’est pas forcément le nôtre mais là, chacun peut s’identifier à de telles thématiques car les discriminations prennent des formes multiples, elles sont systémiques et renforcées par le capitalisme qui appuie la compétitivité et les inégalités ».

Avec la volonté de promouvoir des valeurs progressistes et humaines, ce festival se veut aussi l’occasion de souligner des questions au cœur du débat. Le festival se clôturera le 06 avril avec la projection de Libre, film de Michel Toesca sur l’agriculteur Cédric Herrou, considéré hors la loi à cause de son aide apportée aux réfugiés qui passent par la vallée de la Roya. Le problème des violences policières et des répressions judicaires à travers l’action de la police dans les quartiers sera aussi souligné. Le festival accueillera le 27 mars le Comité Justice et Vérité pour Wissam (Wissam El-Yamni) ainsi que le membre du Comité Ali Ziri et militant anti-raciste, Omar Slaouti.

Cette année, après Angéla Davis et Martin Luther King, c’est la militante Marielle Franco qui porte les couleurs du festival. Presque un an après son assassinat (14 mars 2018), ce choix symbolique souligne ses luttes en faveur des femmes, des droits LGBT et contre le racisme. A travers l’image de la militante assassinée, les organisateurs ont aussi eu la volonté de souligner l’augmentation des discriminations au Brésil depuis l’élection de Jaïr Bolsonaro : « Nous avons choisi Marielle Franco car elle représente une figure emblématique du militantisme surtout au Brésil malgré les conditions difficiles et le pouvoir réactionnaire. Sa mort et le remou médiatique qui s’en est suivi montre qu’aujourd’hui, on peut encore mourir pour ses idées ».

Cette année encore, le festival étudiant contre le racisme et les discriminations s’attache à sensibiliser le plus grand nombre sur les différentes formes d’inégalités qui persistent dans notre société et nos universités. Vous pouvez retrouver les nombreux évènements du festival sur la page Facebook « Festival Etudiant Contre le Racisme et les Discriminations ClFd ».

https://www.facebook.com/FECReD2019ClFd/?eid=ARBmop1YQmLROT3MH9LleM247PhAdnCz4i6VJtI3tjq0sm5LKsw5zTiEUH9WlIBo-NkRWQ8UnFuOwB8X »

À lire également

2 réflexions sur “Festival étudiant contre le racisme et les discriminations : Marielle Franco à l’honneur”

  1. Ping : Clermont Ferrand – Festival étudiant contre le racisme et les discriminations : Marielle Franco à l’honneur | Le site du Collectif Stop Mines 23

  2. Ping : Rendez-vous du réseau - AVRIL 2019 - Traces Migrations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 21 mars 2019
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.