Quand Israel se paie une équipe sur le tour de France

Elle est arrivée, presque de nulle part et commence à faire parler d’elle. Une équipe aux couleurs bleue et blanche a pris le départ du tour de France, avec un désir de communication totalement assumée : Redorer l’image d’Israël.

L’équipe s’appelle Israël Start Up Nation, un affront pour tous les militants pro-palestiniens. Achetés par Sylvan Adams, homme d’affaires richissime, des coureurs de haut talent ont rejoint l’équipe pour pouvoir se lancer sur le prestigieux et élitiste tour de France. Le milliardaire canadien a obtenu la double nationalité en Israël. Il y a fait construire un vélodrome à son nom. Il a financé le voyage de Madonna pour l’Eurovision qui s’est déroulé à Tel Aviv. Il a même réussi à faire passer le tour d’Italie dans trois villes israéliennes. Car sa stratégie est simple : avec l’argent, on peut acheter le regard des gens, notamment par le biais de la culture et du sport. Aussi, Sylvan Adams ne sen cache pas, la stratégie de l’équipe sur le tour de France c’est de se conduire « Comme des ambassadeurs, et vendre l’image de notre pays aux français… » Et c’est chosa aisée, quand on sait que le sport a du mal à s’intéresser à la politique. Aussi les commentateurs sportifs parlent de cette équipe sans citer les nombreux mouvement d’opposition qu’elle suscite partout en France, au-delà même du tracé du tour de France.

Quand quelques opposants ou manifestants se rendent visibles, grâce au décalage de 19 secondes entre le direct et la transmission, les images sont rapidement effacées. Seule France Culture s’intéresse profondément au sujet : https://www.franceculture.fr/geopolitique/le-sport-de-haut-niveau-pour-changer-limage-disrael

Les opposants, pro-palestiniens, et surtout contre l’apartheid toujours en place sur le territoire ne manquent pas d’imagination pourtant pour faire chercher à mobiliser la conscience politique de chacun. « Nous avons envoyé un courrier à 83 clubs sportifs de la région Auvergne pour dénoncer cette équipe, aucun ne nous a répondu… » nous explique Yves Chilliard, de France-Palestine Solidarité 63. Car si le sport ne veut pas parler de politique, il ne veut pas lutter non plus contre la propagande politique qui s’y installe.

Alors vient le contre-exemple, celui qui serre le coeur. L’histoire d’Alaa Al Dali, ce jeune coureur cycliste palestinien qui a perdu une jambe, mutilé par les tirs israéliens. Amputé, il remonte malgré tout sur un vélo et espère concourir aux jeux paralympiques.

image d’Alaa Al Dali, cycliste amputé après des tirs israéliens

Du côté de Clermont-Ferrand, pas moins de 27 organisations se sont allié pour dénoncer les actions d’Israël, lors du passage du tour de France.

1-Dimanche 30 aout – tractage 10 h – marché des Salins

2-Mercredi 2 septembre 12h – rassemblement FR3 Chamalières afin de dénoncer l’immobilisme médiatique

3-Vendredi 4 septembre 10h – tractage marché Montferrand

4- Dimanche 6 septembre 10h – tractage marché Aubière

5- Mercredi 9 septembre 18h – déambulation place de Jaude en vélo afin de rendre hommageau cycliste amputé de Gaza

6-Jeudi 10 septembre 19h30 –Lors de la séance sur les 100 ans du tour de france, le collectif prendra la parole lors du débat au cinéma le RIO

7- Vendredi 11 septembre – présence dans le public du passage du Tour- Etape Chatel-Puy Mary

8-Samedi 12 septembre – présence dans le public du passage du Tour- Etape Clermont-Lyon

9-Mardi 15 septembre 10h – tractage marché La Gauthière

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 2 septembre 2020
Écrit par Eloise LEBOURG
Éloïse Lebourg est journaliste. Après une école de journalisme reconnue par l’Etat et la profession, elle apprendra sur le terrain à déconstruire tout ce qu’on lui a appris. Après des détours par Charlie, France Inter, RTL ou RFI, elle se positionnera dès 2006 sur les radios associatives dans lesquelles elle œuvrera comme journaliste puis directrice d’antenne, jusqu’en 2014. Pigiste pour reporterre, Hexagones ou Politis, elle reviendra à ses premiers amours : l’enquête au long cours. Dès 2010, elle crée les Rencontres Nationales des Medias Libres et du Journalisme de Résistance qui se déroulent depuis, chaque année à Meymac en Corrèze, chaque dernier week-end du mois de mai. En 2015, elle crée avec Matthias Simonet, Mediacoop dont elle est la gérante-associée.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.