Frida Khalo à l'honneur à Clermont-Ferrand

Le Festival étudiant contre le racisme et les discriminations, une tradition clermontoise

Le Festival étudiant contre le racisme et les discriminations organisé par UNEF Auvergne est de retour ! Au programme : Concerts, conférences, projections, expos… ces événements profondément inscrits dans la volonté de débattre sur toutes les formes de discriminations prendront place dans plusieurs espaces universitaires et associatifs à Clermont-Ferrand du 4 au 15 novembre.

Les discriminations de toutes sortes ont toujours cours dans nos sociétés, que ce soit au niveau de la place des femmes dans la hiérarchie du pouvoir, de l’islamophobie ou, pour citer un autre sujet qui occupe l’actualité aujourd’hui, des migrants politiques et climatiques. « L’université n’en est d’ailleurs pas proscrite et se montre souvent le miroir des inégalités sociales rencontrées ailleurs. » déclare Anna Mendez, présidente de l’UNEF Auvergne. C’est pourquoi, faisant écho à la journée mondiale contre le racisme et les discriminations, l’organisation annuelle de ce festival reste un point d’honneur, une tradition qui perdure à Clermont-Ferrand. Plus épisodique dans les autres régions, l’UNEF Auvergne a pu pérenniser la force de l’événement afin de sensibiliser autant les étudiants que les citoyens. Pour ce faire, concerts, conférences, ateliers, expos, les activités ne manqueront pas au programme afin de mobiliser les consciences et délier la parole.

Cette année, c’est Frida Kahlo qui sera son égérie, peintre mexicaine de la première moitié du XXe siècle, mais surtout femme politique et engagée dans les luttes sociales et féministes. Dès son plus jeune âge, elle n’aura de cesse de prendre le parti des minorités, de peindre la douleur et les tabous, de proclamer tout haut ce que les autres pensent tout bas. C’est donc sous son regard bienveillant et inspiré que différentes thématiques seront abordées lors des événements. Mayke, l’une des organisatrices, revient sur certaines d’entre eux. « À l’approche des élections municipales, nous trouvions qu’il était important de revenir sur la thématique de la femme en politique. Pour cela, nous avons invité Mathilde Larrère, docteure en histoire et spécialiste des mouvements révolutionnaires, et Marianne Maximi, conseillère municipale à Clermont-Ferrand. » Comme la plupart des intervenants, elles viennent toutes deux bénévolement. Il faut rappeler que les femmes occupent aujourd’hui seulement 31,6 % des sièges au Sénat, et représentent 38,7 % des élus de l’Assemblée générale.

« Les prises de pouvoir par les femmes restent minoritaires. Et je ne parle pas seulement de la politique, mais aussi dans les poste à responsabilité dans les universités, les entreprises, les associations ou encore les syndicats. C’est pourquoi nous avons insisté pour revenir sur cette thématique et pour avoir sur toutes nos conférences une présence féminine parmi nos intervenants. »

Anna Mendez, présidente de l’UNEF

L’intersexualité fera aussi partie du complexe de conférences et débats, sujet qui n’avait encore jamais été abordé dans les précédentes éditions du festival. Le Collectif intersexes et allié-e-s sera invité à présenter le mouvement et ses revendications à la suite du film Entre deux sexes de Régine Abadia. Enfin, alors qu’aujourd’hui doit se débattre la proposition de loi interdisant le port du voile par les accompagnatrices scolaires (rappelons-le, au lendemain d’une attaque par balle d’une mosquée à Bayonne), une autre thématique sensible sera mise sur le devant de la scène : l’islamophobie, avec Karima Ramdani, doctorante en sciences politiques , et Samy Johsua, professeur à l’Université Aix Marseille.

Pour résumer, l’islamophobie, la place des femmes en politique, réfugié-e-s climatiques, l’intersexuation ou encore les handicaps, tant de sujets qui seront donc traités par des conférenciers ou réalisateurs émérits venus d’Auvergne et d’ailleurs. Une expo « Liberté prend corps » ouvrira ses portes dès ce 28 octobre au 7 novembre au Planning Familial 63. Une fresque sera réalisée sur l’École Nationale Supérieure d’Architecture, et celle de la Faculté de Lettres sera rénovée, à la suite des graphs fascistes qui l’avaient recouverte l’année dernière. Enfin, un concert avec Marie Petrolette et TEDEUZEM prendra place ce 7 novembre à l’Hotel des vil-e-s. Et afin de rendre le festival accessible à tout public, sans discrimination, l’ensemble de ces événements est à prix libre, tous les lieux du festival sont accessibles pour les personnes à mobilité réduite, les conférences seront traduites en langue des signes et les projections sous-titrées ! Enfin, la plupart des espaces investis par le festival à l’extérieur de l’université sont des lieux choisis pour leurs valeurs associatives et militantes dans la volonté d’attirer aussi un public non étudiant.

Plus d’info sur :https://www.facebook.com/FECReD2019ClFd/

Photo de couverture fournie par UNEF Auvergne

https://www.okpal.com/mediacoop/#/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *