Retour des néo-nazis à Clermont-Ferrand

Depuis quelques semaines, des bandes de jeunes collent des autocollants nationalistes dans le centre ville de Clermont-Ferrand. Certains se sont même battus contre des militants lors d’une manifestation pour la Palestine. Plusieurs agressions ont été déclarées en marge de rassemblement. La ville de Clermont qui avait vaincu le Bastion Social doit-elle s’attendre à un retour des néo-nazis ?

Clermont-Ferrand Nationaliste. Voici la nouvelle inscription arborant les autocollants que l’on voit fleurir un peu partout. Ils sont souvent par groupe de trois à se balader, avec des tours de cou au nom de leur groupe, masque squelette, vêtus de noir. Et ils collent par-dessus les autocollants antifa de la ville.

Plusieurs agressions en marge de manifestation

Déjà depuis plusieurs mois, plusieurs agressions ont eu lieu. Les jeunes militants de l ‘UNEF en ont payé les frais. Tirés par les cheveux, humiliés, insultés, ils avaient réussi à se défendre face à un déferlement de violence, après une manifestation contrant la Manif pour tous.

Dernièrement, lors d’un rassemblement pour dénoncer les actions d’Israël à Jérusalem Est, devant la Comédie occupée par Culture en danger 63, trois jeunes avaient débarqué et avaient été coursés par quelques antifas à force de coups de pieds et poings, sous les yeux ahuris des passants.

Depuis, ils reviennent régulièrement en plein centre, se défendant d’être « fachos ». « On veut juste protéger notre France » clament-ils à qui veut l’entendre. Certains ne semblent pas majeurs.

« On veut protéger notre France »

« Certains semblent porter cheville au corps le nationalisme puant » témoigne une personne qui a voulu leur parler devant la Comédie. « D’autres semblent vraiment prêts à en découdre physiquement » continue-t-elle.

Il faut dire qu’ils sont, cette fois, organisés. Tour de cou à l’effigie de leur cause, croix celtiques balancées sur les murs de la ville. Ils ont même été aperçus à prendre en photo des gens « à la gueule qui ne leur revient pas. On les a vus prendre en photo un jeune SDF avec une crête, ou un mec de type maghrébine. »

Qui sont ces nouveaux militants de l’extrême-droite ? Pour beaucoup, ce sont de nouvelles têtes. Les anciens du Bastion Social ont eu du mal à se remettre de la fermeture de leur local et de l’emprisonnement de certains d’entre eux. Il semblerait pourtant que de nouvelles recrues viennent mettre à nouveau la zizanie. « On a été tranquilles deux ans et les voilà de nouveau, c’est comme la mauvaise herbe ces gens-là. Et puis dans le contexte actuel, ils se sentent pousser des ailes. On condamne les islamo-gauchistes. Des généraux appellent à la guerre civile. Ca ne m’étonne pas qu’ils se sentent tout puissants en ce moment. »

Procès à Clermont-Ferrand, le 25 mai de Famine, figure néonazie

Le 25 mai, le procès de Famine est très attendu au tribunal de Clermont-Ferrand. Le leader fasciste devra répondre de l’agression d’un clermontois en plein milieu d’un bar de la ville, lui cassant la mâchoire. « Il risque d’y avoir du mauvais monde pour le soutenir à ce moment-là, il faudra faire très attention à cette période. » Préviennent certains collectifs. « Mais à Clermont, on sait faire. On sait s’organiser. Ils n’auront jamais leur place dans cette ville » conclut un militant.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.