Rassemblement de soutien à Tai Kerada

Professeur de mathématiques, Tai Kerada s'est vu être suspendu de ses fonctions à la rentrée, puis réintégré mais dans un autre département de son académie. Des rassemblements partout en France ont lieu ce jour en soutien à cet enseignant syndicaliste Sud Education.

A Clermont-Ferrand, le rendez-vous est fixé ce soir à 18 heures devant le rectorat. « C’est la fois de trop » exprime Sylvain de Sud Education 63. « Il n’est pas le premier à être puni sans raison officielle, cela fait des années que cela dure. Mais, là ça suffit. »

Muté dans l’intérêt du service

Tai Kerada est un professeur de mathématiques, syndiqué à Sud Education dont il est le co-secrétaire dans le 92. Il a été muté « dans l’intérêt du service » dans un autre département de son académie. Depuis 2019, cette nouvelle mesure ne trouve aucun recours et n’a pas besoin d’être justifié par la hiérarchie.

« Depuis Blanquer, on assiste à une multiplication de sanctions, avec des blâmes, des dépôts de plainte, des déplacements. » Explique Sylvain.

Discrimination syndicale ?

Si aucune explication officielle n’a été donnée, pour ses camarades de lutte, la raison est claire : Tai Kerada dérangeait en tant que syndicaliste, et militant assez actif dans son établissement et au sein même de son académie.

Sud Education a donc saisi le défenseur des droits pour dénoncer cette mutation sans raison évoquée, et l’acharnement particulier auquel doivent faire face les membres du syndicat.

Ce soir, CGT, FSU, FO seront aux côtés de Sud Education pour dénoncer la répression anti- syndicale.

D’autres sanctions contre des enseignants syndiqués

Ce soir, d’autres enseignants seront cités, comme Edouard Descottes, professeur d’histoire à Rennes, connu pour son soutien aux élèves sans papiers. Il avait été dénoncé sur « Le téléphone Sonne » de France Inter par un parent d’élèves. Ce dernier, à la radio, a proclamé que l’enseignant forçait les élèves à faire grève. Alors, Le professeur a perdu son affectation et est devenu « Enseignant remplaçant » comme à son début de carrière, alors qu’il est âgé de 57 ans.

De plus en plus de sanctions

Enfin, Frédéric Bianic, professeur syndiqué à la CGT a lui aussi été sanctionné et « muté dans l’intérêt de son service » alors qu’il enseignait depuis plus de 30 ans, en charge des ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Sociale). Il avait été félicité pour son travail par le recteur quelques mois avant sa mutation. L’académie soulignait son incompétence dans un dossier vide. L’enseignant a fait recours à la justice et est actuellement en arrêt maladie.

Tribune de soutien

Vous pouvez lire la tribune signée par des élus, personnalités publiques et culturelles pour soutenir l’enseignant.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.