« Traces de Vies », 31eme édition du festival

Après une trentième édition en ligne, à cause du confinement, le festival du documentaire de création revient sur Clermont-Ferrand du 27 novembre au 4 décembre . L'occasion pour nous de retracer son histoire.

Annie Chassagne avait 30 ans de moins lorsqu’elle lance l’idée d’un festival de documentaires. « J’enseignais l’anthropologie à l’UFTS de Vic-Le-Comte, et je me suis confrontée à l’univers du cinéma du réel, et je me suis dit, c’est ça qu’il faut faire ! » Avec ses collègues, les étudiants et quelques copains, elle lance la première édition. « 2 ans sans subvention; puis un jour, la DRAC nous a donné 2500 francs, on a explosé de joie. »

Depuis, le festival a évolué. Le documentaire aussi. « Nous avons vu l’arrivée de la vidéo qui a multiplié les plans, qui était plus facile à transporter. Les formes sont devenues plus inventives. Désormais, on présente toutes les formes au festival : le cinéma expérimental, les nouvelles écritures. Les réalisateurs remettent en cause la notion de cadre. L’évolution est très riche ! »

Le festival a de gros critères de sélection. Si on se balade dans toutes les formes, la qualité est recherchée par les deux comités de sélection. Seuls 42 films sont sélectionnés parmi les 770 proposés par la plateforme Docfilmdépôt. 6 mois de visionnage sont nécessaires à toute l’équipe salariée et bénévole. « Puis, il y a le comité final, en général, c’est là qu’on se fâche » sourit Annie. Leslie et Karine, les deux salariées peuvent en témoigner. « On n’est pas toujours d’accord, alors il faut bien argumenter. »

Extrait du film « Transe »

Les films présentés ont une dimension sociale, politique, esthétique très fortes. « Mais, nous ne prenons pas position, c’est important de le dire. Nous ne sommes pas militants. » En exemple, ce film qui sera présenté cette année et qui retrace le concours de beauté des survivants de la Shoah. « Le cynisme de la caméra devrait suffire, mais certaines personnes peuvent être heurtées qu’un tel concours soit organisé. »

L’année dernière, le festival s’est tenu en ligne. 5183 personnes se sont connectées. « On s’est rendu compte que c’est un public national qui nous a suivis. » Alors, l’idée de mettre le palmarès en ligne et gratuitement a germé pour cette nouvelle édition.

Extrait de « Papa s’en va »

Annie a grandi avec son festival. Bien loin le temps où les gros projecteurs tombaient en panne. « Ce festival s’est construit pas à pas. » En 2006, le festival encore porté par l’UFTS, voit un tournant dans son histoire avec la fusion des trois écoles sociales de la région dont l’ISTRA à Clermont-Ferrand.

En 2018, le festival décide de continuer seul, sans le soutien des écoles, et a pu compter sur l’appui de la région, du CNC, de la métropole, de la mairie, du département. Et depuis, c’est une affaire qui roule. « Même s’il nous faudrait un troisième salarié ! » explique l’équipe.

Extrait de « Faire le mur »

Le 27 novembre, salle Cocteau, la soirée d’inauguration sera à prix libre. « On présentera un film un peu mystique puis « L’amiral Tchoumakov », le portrait d’un amiral russe qui se rappelle la marine. » Raconte Karine.

Cette année, la thématique retenue est « mieux vaut en sourire ». « On prend conscience que la comédie humaine est partout. Mais l’humour reste sur les situations pas sur les personnages. » En jury, le festival pourra compter sur Pierre Carles. Fidèle, il a regardé tout le palmarès en ligne, l’année dernière et a demandé à participer cette année. « Nous sommes contents car nous avons passé beaucoup de ses films. » Explique Annie, avant de poursuivre : « Nous avons beaucoup de gens qui nous suivent et une renommée auprès des professionnels. Arte nous soutient par exemple, mais aussi La Comédie. Nous avons des partenariats précieux. »

Rumba

Annie n’en a pas fini avec Traces de Vies. Des projets, elle en développe encore. « Nous aimerions travailler au-delà de la diffusion. Nous avons déposé un dossier pour permettre de l’aide à l’écriture aux professionnels. C’est important pour nous de soutenir aussi la création. « 

Pour plus d’infos : https://tracesdevies.org

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.