« Je vais te raconter un siècle de la vie d’une femme »

Yeux pétillants, corps en mouvement, sans canne ni déambulateur, Henriette a eu 100 ans en début d’année. Elle ouvre grand ses bras pour me recevoir. Le Covid, elle n’en a pas peur, elle l’a eu et l’a à peine senti passer. Née dans le Gers, elle a travaillé à la ferme, a rencontré un mari et a eu 7 enfants. Une vie banale de l’époque. Pas le droit à l’avortement ni à un tendre amoureux. Henriette raconte sa vie de femme qui a traversé un siècle, son travail à la ferme, mais son interdiction d’avoir un compte en banque. C’est son mari qui autorisera son opération du genou. Le médecin ne peut rien faire sans l’aval de l’homme. Henriette ne parle pas de bonheur, mais de jours qui se suivent et se ressemblent. Jusqu’au jour où elle décide de partir, mais il la suivra. Jusqu’au jour où il mourra et ou elle partira en voyage dans de nombreux pays lointains. Henriette pose la tasse de café qu’elle enveloppe solidement des deux mains, puis lève la tête, regarde fixement dans les yeux : « Tu as raison, je vais raconter ma vie, pour que les femmes continuent à se battre, et tu feras écouter ça à tes filles, et moi aux miennes, car ce que je te dis là, je ne leur ai jamais dit… »

Merci à la DRAC et au CCAS de Clermont-Ferrand qui ont permis ces récoltes de témoignages…

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.