La CGT aussi a son Tour de France !

Comme chaque été, la CGT rencontre les travailleurs saisonniers afin de les informer sur leurs droits et recueillir leurs différentes problématiques. Jeudi 21 juillet, la caravane s’arrêtera à Vulcania.

Faibles salaires, argent qui part en grande partie dans les déplacements, conditions de travail compliquées : ainsi va la réalité de trop nombreux travailleurs-ses, quelle que soit la ville et la saison. Ainsi va donc le combat de la CGT tout au long de l’année pour représenter, informer et défendre les salariés. Et même l’été, pas question de prendre de vacances. La caravane des saisonniers est de retour.

Partir à la rencontre des travailleurs-ses

C’est une tradition depuis une dizaine d’années. Dans de nombreuses villes du pays, la CGT sort sa caravane, déplie les tonnelles et vient à la rencontre des travailleurs-ses saisonniers. À la manière du Tour de France, la caravane fonctionne en étapes. « On vient échanger, parler de leurs conditions de travail, le tout dans une ambiance très conviviale. Grâce à leurs témoignages, on peut ensuite rencontrer des élus. », explique Christophe Boucheix, secrétaire général adjoint de la CGT Commerce du Puy de Dôme.

La caravane a pour vocation d’informer les travailleurs-ses saisonniers sur leurs droits et d’échanger sur les diverses problématiques rencontrées. Et la liste est longue. Salaires trop bas, conditions trop dures, hébergements compliqués, transports hors de prix… « On s’arrête sur des lieux où se concentre l’activité saisonnière, le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, l’animation… Être en contact fait qu’on va écouter leurs problématiques. », précise ce dernier. L’hiver, la caravane fait également sa tournée.

Des travailleurs-ses précaires

« On revendique la suppression du contrat CDD saisonnier, on veut un vrai contrat, ou alors un CDD qui tient la route avec des solutions pérennes. Il faut que les questions du logement et du transport soient déjà prises en compte dans le contrat. Surtout, un saisonnier ne bénéficie pas de la prime de précarité alors qu’un CDD le prévoit normalement. On veut des salaires à 2000€ brut. Et on veut sensibiliser à la réforme du chômage qui demande 6 mois de travail saisonnier à temps plein continu pour pouvoir ouvrir des droits à la place de quatre. », précise le syndicaliste. Ce dernier rappelle notamment que la principale conséquence de ces conditions de travail est l’actuelle pénurie de saisonniers qui elle-même cause de nombreux sous-effectifs à l’origine de conditions encore plus dures.

La caravane à Vulcania

Après le lac d’Aydat la semaine dernière, cet été, la caravane s’arrêtera aussi à Vulcania. Elle y sera demain, jeudi 21 juillet de 13h30 à 19h « On y sera à 13h30 pour plutôt pouvoir parler à des salariés qui sortent du travail et qui ont le temps. », explique Christophe. Au total, sept syndicalistes viendront à la rencontre des 150 saisonniers que compte Vulcania. Un guide sur les droits des travailleurs-ses saisonniers sera remis mais aussi de nombreux goodies. Précisons que ce genre d’opérations porte ses fruits puisqu’à Vulcania, la caravane de l’an dernier et ses représentants ont obtenu du site touristique des navettes entièrement financées par l’employeur.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.