De la cendre pour le Black Friday

Crédit : Extinction Rébellion Clermont-Ferrand
Grand Marathon de l’achat à prix cassés, le Black Friday débutera ce vendredi 24 novembre. Alors qu’à cette période, la consommation explose, notamment dans les secteurs textiles et électroniques, le mouvement Extinction Rébellion a mené en début de semaine une action antipub pour dénoncer les conséquences de cette frénésie commerciale.

Noël arrive à grand pas. Si certains cochent sereinement les cases de leur liste de cadeaux, pour d’autre, l’angoisse de la fin d’année commence. En tous les cas, pour une majorité de Français, la consommation commerciale et alimentaire risque d’exploser, notamment pendant le Black Friday qui prend tous les ans des allures d’échauffement général. Le Black Friday, c’est à la base une journée qui nous vient des Etats-Unis et qui a lieu le vendredi suivant la date de Thanksgiving. Il marque le coup d’envoi de la période des achats des fêtes de fin d’année. En France, plus de 6 français sur 10 font leurs cadeaux de Noël lors du Black Friday.

Conséquences dévastatrices

Dans sa tradition purement commerciale, le Black Friday, parfaitement exploité par les marques, a un impact significatif sur l’environnement. D’abord, cette journée de soldes impose une production accrue de biens souvent fabriqués à partir de matériaux non durables, nécessitant une quantité considérable d’énergie pour leur fabrication et leur transport et dans des conditions de travail alarmantes.

CircularPlace, plateforme de solutions pour la gestion des invendus, des retours et des équipements de seconde main des entreprises indiquait sur son site internet l’an dernier que pendant le Black Friday, la mode émet 1,2 milliard de tonnes de gaz à effet de serre chaque année. Pour la production d’un jean, il faudrait au minimum utiliser 7500 litres d’eau. De plus, la fabrication d’appareils électroniques entraîne une exploitation intensive des minerais contribuant à la dégradation de l’environnement et à l’épuisement des ressources naturelles. Selon l’ADEME, 800kg de matière première doivent être extraites du sol pour produire un ordinateur portable de 2kg.

Action nocturne

Ils étaient une quinzaine lundi pour recouvrir de cendres une centaine de panneaux et éteindre les enseignes lumineuses de plusieurs quartiers, avec l’aide de militants du groupe local Les Soulèvements des Volcans.  « On a fait ça pour occuper la rue et dire non à cette société de consommation. À tout ce que cet embrigadement produit sur nos vies. La cendre, c’est pour dire que c’est hyper destructeur puis c’est un élément naturel qui n’abime pas la surface. », explique un membre du groupe local Clermont-Ferrand d’Extinction Rébellion, mouvement écologique mondial de désobéissance civile non violente.

Cette action n’est pas la première pour les « rebelles » qui ont déjà dénoncé à plusieurs reprises le manque d’engagement pour l’écologie, les enseignes lumineuses ou la publicité. C’était notamment le cas dans la nuit du 8 au 9 novembre alors que ces derniers ont masqué à l’aide d’un produit naturel et éteint une dizaine d’enseignes lumineuses comme celle des Galeries Lafayette ou du Centre Jaude.

Pour les membres du mouvement, ces actions sont un moyen de compenser les manquements du gouvernement et des collectivités face à l’urgence climatique. « Les mesures concrètes et ambitieuses pour limiter notre impact sur l’environnement sont désespérément absentes de l’agenda politique, des stratégies des entreprises et des décisions municipales. », dénonce Extinction Rébellion.

Prise de conscience

Après son action, le groupe local Clermont-Ferrand appelle ainsi à « une prise de conscience urgente et à des actions immédiates pour freiner cette course effrénée vers la surconsommation. ». Pour les membres du mouvement, le Black Friday ou les évènements promotionnels du genre ne doivent pas être une alternative pour les petits budgets mais sont au contraire la cause de nombreuses inégalités. « On remet en cause le système, le capitalisme, la destruction du vivant et la surconsommation. C’est ça qui entretient les inégalités et l’appauvrissement. », indique le militant.  

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nos derniers articles
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.