A69 : bas les arbres !

Depuis plusieurs semaines, des activistes défendent une zone boisée sur le tracé du projet d’autoroute A69. Une résistance mise à mal par les forces de l’ordre mais revigorée par la venue du rapporteur spécial de l’ONU sur les défenseurs de l’environnement.

« A69 ». Ce n’est sûrement pas la première fois que vous entendez parler de cette autoroute. De son projet plutôt. Un projet qui date des années 1990. Et qui prévoit deux fois deux voies entre Toulouse et Castres. Dans le viseur, 366 hectares doivent être artificialisés dont certains en zone protégée. Si le combat n’est donc pas nouveau, les actions se poursuivent dont une en particulier, débutée récemment.

Il s’agit de la ZAD « La Crem’arbre », zone boisée sur le tracé de l’autoroute, à Saix, dans le Tarn. Elle accueille des chênes et platanes formant un bois classé à fort enjeu environnemental. L’espace est occupé depuis novembre par des militants écologistes. Depuis quelques jours, des dizaines de véhicules et plusieurs agents des forces de l’ordre sont là pour que rien n’entrave la destruction des arbres.

Plus le temps passe, plus la situation se tend. Au sol ou directement dans les arbres, les défenseurs de l’environnement ont pour objectif d’empêcher les abattages. Ils ne sont plus très nombreux à être perchés. Si ces militants agissent de manière totalement pacifique, la répression des forces de l’ordre est assumée.

Cette semaine, plusieurs « écureuils » ont été descendus de force par les autorités. Deux gendarmes de la CNAMO (unité spécialisée dans le dégagement d’obstacles complexes) sont montés dans une nacelle pour récupérer, à plus de 10 mètres du sol, un activiste. L’interpellation a donné suite à une garde à vue.

Dans les médias et sur les réseaux sociaux, les militants témoignent des violences physiques et psychologiques subies entre arrestations musclées, lampes allumées en permanence et blocage de la nourriture.

Le tout sous les yeux d’un visiteur un peu spécial. La situation s’est tellement tendue ces derniers jours que Michel Forst, rapporteur spécial de l’ONU sur les défenseurs de l’environnement a fait le déplacement pour constater la situation. C’était hier, jeudi 22 février.

Sur Instagram, plusieurs membres du Groupe National de Surveillance des Arbres dont Reva (« revadesarbres » sur Instagram) documentent en direct et de façon chronologique l’action. Ils montrent la pelleteuse entrée dans les bois, le soutien, la répression, la lutte.

Hier matin, l’un des activistes qui avait débuté une grève de la soif a été descendu de son arbre par d’autres écureuils puis hospitalisé pour se remettre doucement après une dégradation de son état de santé.

Deux arbres ont déjà été abattus. Les activistes attendent un rapport du rapporteur qui devrait arriver dans les prochains jours.

* Photo d’illustration : capture d’écran du compte instagram du grimpeur du GNSA Reva.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nos derniers articles
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.