Possible prise de pouvoir du RN : de nombreux risques pour les droits des femmes

Toute la semaine, nous avons interrogé des citoyennes et citoyens de tous âges sur les conséquences qu’aurait une victoire du RN aux législatives. Militantes, politiques, étudiantes et citoyennes nous ont partagé leur inquiétude.

Nous avons interrogé plusieurs passants afin d’avoir leur point de vue concernant l’incidence de la montée du Rassemblement National sur les droits des femmes. Parmi les personnes interrogées, toutes ont affirmé qu’il y aurait des conséquences. « Ça me paraît évident par rapport à la promotion de leurs valeurs », nous confie Eric, la cinquantaine.  

Certains passants étaient déjà inquiets étant donné la proportion de députés d’extrême droite à la dernière assemblée nationale « le fait qu’ils aient plus de 80 députés a déjà impacté les droits des femmes », nous avoue une étudiante de l’Union Étudiante Auvergne.

De nombreux impacts 

L’une des plus grosses craintes des citoyens porte sur l’IVG (interruption volontaire de grossesse) notamment car certains candidats du RN ont voté contre ce droit fondamental. Près de la moitié des 91 élus RN n’ont pas voté pour l’inscription de l’IVG dans la constitution en début d’année. 11 contre, 20 abstentions et 14 absents. En 2022 déjà, ces derniers avaient voté contre l’allongement de délai du recours à l’IVG de 12 à 14 semaines de grossesse.  

Karine Plassard, figure du féminisme sur le territoire nous fait savoir que l’extrême droite veut aussi couper les subventions au planning familial, lieu d’accompagnement dans le cadre d’une contraception ou d’un avortement. Il est aussi question de l’égalité salariale entre les hommes et les femmes qui est encore plus menacée. « L’étroitesse d’esprit de ce genre de parti ne peut absolument pas favoriser les droits des femmes » déclare Stéphanie, qui pianote sur son ordinateur sous le soleil du jardin Lecoq.  

De plus, leur vision de la place de la femme dans la société est alertante, elle peut même être considérée comme un bond en arrière. En 2021 par exemple, les élus RN n’ont pas pris part au vote de la loi Rixain sur l’égalité salariale. 

Dédiabolisation de l’extrême droite  

Le 18 juin, le candidat du RN a posté une vidéo sur TikTok dans laquelle il garantit les droits et libertés de chaque filles et femmes de France. 

De nouveau, les opinions des passants se rejoignent sur le manque de sincérité et la manipulation adoptés par Monsieur Bardella. Certains estiment qu’il agit ainsi afin de gagner des votes en attendrissant les femmes. « Il va toucher les points sensibles du pays pour avoir des votes, je fait pas trop confiance » indique Stéphanie. 

Une idée qui se renforce lorsque l’on sait que fin mai, une proposition de loi pour une prise en charge complète des soins du cancer du sein a été adoptée. Si le RN a voté pour, il a à l’inverse soutenu un amendement du groupe Renaissance qui exclut le remboursement des dépassements d’honoraires.  

D’après les chiffres, la plupart des violences faites aux femmes n’ont pas lieu dans la rue ou par des migrants comme le prétend le parti d’extrême droite. En effet, 80 % des violences ont lieu au sein du foyer, par des proches ou membres de la famille. « Le RN a cette image de la femme blanche et pure qui se ferait agresser par des hommes noirs ou maghrébins alors que la plupart des violences ont lieu dans un cadre familial ou d’entourage proche », nous précise l’étudiante de l’Union Étudiante Auvergne. 

En effet, 87% des viols sont commis par des français et 45% par un conjoint ou un ex-conjoint. Rappelons également qu’un tiers des femmes sont harcelées au travail. 

 La députée sortante et à nouveau candidate sous la bannière du Nouveau Front Populaire Marianne Maximi la rejoint en confirmant : « Ce n’est pas parce qu’on ferme les frontières que les femmes seront en sécurité ». 

Injustices

Enfin, nous avons abordé les différences que le RN pourrait faire vis-à-vis des femmes en fonction de leur couleur de peau ou de leur orientation sexuelle. D’après Andréa une jeune femme de 23 ans, cette discrimination envers certaines catégories de femme concorde bien avec le programme de ce parti. 

Une étudiante évoque ensuite la transphobie, déjà apparente d’après elle : « par exemple, il y a une grosse offensive transphobe actuellement en France et le RN est complétement là-dedans ». Elle poursuit en dénonçant l’image de la femme qui se réduit à un utérus et à pondre qui pour elle, n’est pas possible. 

Dimanche 23 juin, des centaines de personnes étaient réunies aux Salins pour une manifestation féministe contre le RN. De quoi illustrer l’inquiétude des citoyennes et citoyens face à la montée d’un parti qui peine à cacher son manque d’intérêt pour certains droits des femmes et son hostilité pour d’autres.  

Cet article a été réalisé par Emma et Chloé, stagiaires de seconde, dans notre rédaction toute la semaine.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nos derniers articles
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.