4ACG : Mémoire d’hier, fraternité d’aujourd’hui

Ce week-end, l’Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre s’installe à la Maison de quartier de Croix-de-Neyrat. Trois jours d’échanges et de rencontres sont prévus à l’occasion du 60ème anniversaire des Accords d’Evian pour l’indépendance de l’Algérie.

Algérie, 1962, 2022. 60 ans. 60 ans de réflexions postcoloniales. Et d’engagement pour la paix, de la part de beaucoup d’associations. Paix et échange sont entre autres deux valeurs que défend 4ACG, association fondée en 2004 par quatre anciens appelés, venant du Tarn et de l’Aveyron. « C’est une association qui permet de se libérer d’un poids, d’échanger. Se donner la parole et s’écouter sans jugement. », explique Philippe Chevrette, adhérent de l’association.

En 2004, les différents fondateurs estiment que l’argent de leur pension ne doit pas leur revenir à eux mais doit servir à aider les populations. Algériennes, Palestiniennes, Syriennes…Au fil du temps, ces derniers sont rejoints par d’autres anciens appelés et par des sympathisants, “amis”. L’Association des Anciens Appelés en Algérie et leurs Ami(e)s Contre la Guerre se définit comme laïque, indépendante de toute institution politique, philosophique ou religieuse. Elle milite en faveur du respect de la personne humaine, de sa dignité, de son intégrité et de ses droits. Elle refuse la violence et la guerre comme moyens de résolution des conflits.

Cette année marque les 60 ans des Accords d’Evian pour l’indépendance de l’Algérie. Une temporalité qui invite chacun à se questionner sur la question de l’Algérie et sa mémoire, ses mémoires. Dans ce sens, trois journées sont organisées ce week-end à Clermont.

La mémoire et sa transmission

« Les Amis, on est là pour transmettre cette mémoire quand les anciens appelés ne seront plus de ce monde. », confie Philippe. Ces derniers le feront les 25, 26 et 27 novembre, à la Maison de quartier de Croix-de-Neyrat à Clermont. La participation est libre et l’événement est ouvert à tous. « Nous nous appuyons sur l’histoire pour transmettre des valeurs de respect et de paix. L’idée, c’est de trouver un moment de partage et de rencontre autour de l’histoire, toutes générations confondues. », continue Philippe.

S’ouvrir à tous les publics

Si une chose importe pour 4 ACG, c’est l’ouverture. Durant l’événement, leurs nombreux partenaires seront présents, la Ligue des Droits de l’Homme ou l’Association France Palestine Solidarité par exemple. Pour les organisateurs, « Le faire à Croix-de-Neyrat, c’est important. C’est un quartier légitime par rapport à nos valeurs, à la notion de fraternité et de multiculturalisme. Par rapport à notre volonté de faire de la culture populaire. ».

Vendredi

C’est vendredi que s’ouvriront les journées Mémoire et Fraternité, à 20h30, avec le spectacle « J’avais 20 ans ». Il est écrit et mis en scène par Serge Pauthe, parti à 20 ans faire son service militaire en Algérie, comme de nombreux jeunes Français.

Samedi

Samedi, l’historien Gilles Manceron, vice-président de la LDH et spécialiste du colonialisme français donnera une conférence à 10 heures sur « La colonisation et la guerre d’Algérie au centre de la question de la reconnaissance ou du déni des crimes du colonialisme » et « La phase coloniale de l’histoire de notre pays a contredit les valeurs des droits de l’Homme proclamés par la Révolution française et dont notre pays se réclame ».  

À 14h30 René Knégévitch présentera « Quand il neigeait sur le Djebel Amour », journal de bord tenu en 1959 et 1960. Le récit offre un regard de l’intérieur sur la guerre.

À 15h30, Catherine Milkovitch-Rioux, maîtresse de conférences en littérature contemporaine, présentera le livre « Des hommes » de Laurent Mauvignier.

Pour terminer, à 20h30, aura lieu la projection du film et débat en présence du réalisateur « Ne nous racontez plus d’histoires » de Ferhat Mouhali et Carole Filiu-Mouhali. Ce long métrage démêle les fils multiples ramenant à la guerre d’Algérie et montre son influence sur la manière dont le passé et le présent sont compris et vécus des deux côtés de la Méditerranée. Prix Bouamari Vautier du cinéma algérien 2022. Mention spéciale au Festival du Film international sur les droits humains, Genève 2022.

Dimanche

« Résister, témoigner, transmettre, de la résistance au concept de la désobéissance » sera la thème de la conférence de 10 heures donnée par Tramor Quemeneur, docteur en histoire et spécialiste de la guerre d’Algérie.

À 14h Le duo « Escales » vous invite à un voyage dans l’espace et dans le temps, à la découverte des divers styles musicaux de la musique Arabo-Andalouse du Maghreb. « Ce répertoire pour flûtes et percussions vous transportera, par ses sonorités typiques, de l’Espagne d’Al Andalus aux terres du Maghreb jusqu’aux portes de l’Orient ».

Une présentation de la 4ACG en présence de Éric Sirvin, Président et Rémi Serres Membre fondateur aura lieu à 15 heures. La librairie Les raconteurs d’histoires sera présente le samedi et le dimanche. L’association Espoir de Femmes assurera une dégustation Pâtisseries Algériennes.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.