Face au pessimisme ambiant, la nécessité de faire la fête

Pour la toute première fois, une grande fête sera organisée à Sauxillanges dans le Puy-de-Dôme pour défendre la solidarité, la justice sociale, un monde tout en couleur et surtout, pour ne pas sombrer dans le défaitisme à la perspective du RN aux portes du pouvoir.

Une fête “du progrès social” aura lieu le vendredi 28 juin, à 18h place de la Promenade, à Sauxillanges. Elle est organisée par le collectif SESAM (Sauxillanges Entraide et Soutien aux Migrant-es).

Sortir du défaitisme

Suite à la dissolution de l’Assemblée Nationale le 9 juin et au score de l’extrême droite aux dernières élections européennes, SESAM a voulu organiser un évènement festif et positif. « On a fait le constat de notre stupeur et de notre inquiétude. On voit bien autour de nous les gens qui arrêtent de s’investir dans les collectifs et qui arrêtent de voter », nous confie l’association. 

Elle veut essayer de fédérer les collectifs car « il y a plein de petits collectifs informels qui font de la politique sans en faire, soit autour du vélo soit autour de la déforestation », nous explique un des membres. 

Après l’organisation d’une réunion, des personnes de plusieurs associations se sont portées volontaires. Parmi elles, on retrouve l’association « Roue Libre », l’atelier des citoyens, et « des gens de la CGT sans forcément la représenter » 

L’association poursuit en expliquant que faire la fête est une sorte de manière de lutter. « Déjà, il y a le fait de tenir la rue qui est important face à l’extrême droite. Pour nous, c’est un enjeu fort et une façon de faire face au défaitisme ambiant, de dire que le progrès social c’est fun » déclare l’association.

Un programme festif 

Malgré une forte motivation, Eric Marguin de SESAM reste inquiet quant au nombre de participants. « On aimerait bien qu’il y ait du monde mais c’est quand même très tard pour intervenir », avoue- t’il en vue des prochaines élections.  

Il explique le déroulement de l’évènement : « L’idée c’est de passer un moment autour d’un verre, un peu de lecture et il y aura aussi un atelier qui s’appelle « Porteurs de Paroles ». Il consiste à aborder différentes thématiques et de faire des sortes de cahiers de doléances et de les accrocher sur des cordes à linge. On veut une déambulation festive dans les rues de Sauxillanges », indique- t’il.

Peu importe le score que l’extrême droite fera les 30 juin et 7 juillet, les associations de tout le pays organiseront toujours des évènements et il y aura probablement d’autant plus de monde à Sauxillanges si d’autres fêtes venaient à être organisées.

Cet article a été réalisé par nos stagiaires de seconde Emma et Chloé.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

1 réflexion sur “Face au pessimisme ambiant, la nécessité de faire la fête”

  1. article tout à fait intéressant. En effet il y a en France presque 200 000 associations de défense des droits, des causes sociales et des intérêts collectifs. Et je ne pense pas que le vote des membres de ces asso aillent sur les idées réactionnaires ou liberticides. C’est donc un rempart contre le repli sur soi mais aussi un formidable aiguillon pour faire avancer les élus politiques vers plus de progrès social. C’est le parti de l’engagement, de la démocratie réelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

nos derniers articles
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.