Centre de l’enfance : le conseil départemental face à ses responsabilités

L’ouverture de la session budgétaire du conseil départemental s’est faite au son des pleurs d’enfants, ce jeudi 2 juillet 2020. Une centaine de professionnels du centre de l’enfance ont manifesté pour obtenir des moyens supplémentaires, soutenus par l’opposition de gauche au sein du conseil.

Des poupons entassés par demi-douzaines dans des poussettes et des pleurs de bébés diffusés sur des enceintes comme témoignages de leur souffrance et de leurs conditions de travail : les professionnels du centre de l’enfance (CDEF) étaient près d’une centaine, ce matin, à rallier en cortège le conseil départemental. Au pied de l’édifice, ils ne répètent pas leurs revendications : elles n’ont quasiment pas bougé depuis octobre 2018, où une manifestation similaire s’était déroulée. Depuis lors, des journées de grèves fortement suivies et des interpellations des pouvoirs publics se sont répétées, sans que satisfaction ne soit obtenue. Quelques slogans sont tout de même lancés au passage des élus, leur rappelant les responsabilités qui sont les leurs : entre les murs épais de la collectivité territoriale sera débattu, quelques heures plus tard, le budget du centre de l’enfance. « Enfants placés, enfants condamnés ! » résument les harangues : condamnés à la promiscuité, à l’incertitude, au manque d’accompagnement et à ses conséquences sociales, sanitaires et psychologiques. Une condamnation non pas prononcée par un juge, mais voté par une collectivité territoriale sous forme d’un document budgétaire critiqué tant pour son contenu que pour ses modalités d’adoption.

En colère, les personnels diffusent des pleurs d’enfants pour illustrer les conséquences des politiques budgétaires du conseil départemental

Pendant plus d’une heure, les grévistes appuyés par leurs syndicats (Sud santé-sociaux, mais également quelques drapeaux CGT et FSU) apportent un soutien sonore à leurs délégués partis présenter une nouvelle fois leurs demandes aux décideurs. « Le président du conseil départemental essaie encore une fois de jouer la montre » regrettent Charlie Paysac et Pierre Bourrier, représentants du personnel, à leur sortie. « Il nous propose d’entamer des discussions d’ici au 14 juillet, mais le vote du budget, c’est demain ! De toutes façons, il ne propose aucune ouverture de crédits ; on ne négociera pas en ces termes. » Les syndicalistes ont tout de même trouvé un point d’appui dans le conseil départemental : composé de diverses forces politiques, le groupe d’opposition La gauche 63 a déposé un amendement « intégrant quasiment toutes les revendications », qui doit être débattu aujourd’hui ou demain. Dans un contexte où le président du conseil départemental officie sans réelle majorité depuis des mois, chaque élu devra prendre ses responsabilités face au vote de cet amendement.

L’entassement des poupons dans des poussettes, une image pas si éloignée de la réalité : la pouponnière accueille 40 bébés… Pour seulement 23 places

À lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

retrouvez-nous sur :

À propos de cet article

Publié le 2 juillet 2020
Écrit par Davy DELFOUR
Davy Delfour est journaliste. Après avoir fait ses premières armes dans un plus grand groupe de presse locale, il se spécialise avec Mediacoop dans la couverture des mouvements sociaux et de la vie associative locale. Fort d’un parcours atypique, formé sur le terrain, il enrichit son analyse en diversifiant son champ de connaissances. Issu d’une jeune génération de journalistes, il partage avec les élèves de l’éducation aux médias l’habitude d’un monde dominé par les outils numériques, dans lequel il faut apprendre à distinguer les opportunités intéressantes des nouvelles menaces.

Nos derniers articles

L'agenda du cactus

Pas d'événement actuellement programmé.

Partager l'article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur email
Email
Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.