« Le ségur est une imposture », la santé et le médico-social en colère

Ils étaient une grosse centaine ce mardi matin devant les locaux de l’assurance-maladie du Puy-de-Dôme a avoir répondu à l’appel national de la CGT. Des infirmiers, aides-soignants, mais aussi moniteurs-éducateurs et travailleurs sociaux, tous demandent une hausse des salaires, des embauches massives et un vrai service public de qualité pour la santé.

« Le personnel est en grande souffrance dans tous les services ». Tel était le constat dressé ce mardi par Eric Rodier, secrétaire général de la CGT 63 ; « Le gouvernement gère l’hôpital comme une entreprise, en flux tendus, ils ont supprimés 5 700 lits en 2021. Il manque des infirmières, des aides-soignants, mais aussi du personnel administratif. », décrit-il, avant de reprendre : « Dans le bloc où je travaille, on a du repousser des opérations pour des cancers du sein à cause de ça. Le gouvernement est en train de détruire l’hôpital. »

Les « oubliés » du Ségur

Pour un autre syndiqué à la CGT, technicien directeur de travaux au CHU de Clermont-Ferrand, le COVID n’a fait qu’accentuer un mal-être déjà présent dans le secteur de la santé : « Les plans de restructuration, de mutualisation, ça crée de la désorganisation. On nous demande de faire autant avec toujours moins, donc le personnel est sous tension, il y a des burn-out… ». Selon lui, comme pour le reste de son syndicat, le « ségur » de la santé du gouvernement est « une imposture » ; « La CGT n’a pas signé le Ségur, car la prime de 183 euros promise par celui-ci n’est destinée qu’aux soignants. Pourtant, dans un hôpital, il y a aussi des ouvriers, des administratifs, des techniciens biomédical, des agents d’entretien… Sans eux, l’hôpital ne peut pas fonctionner. Ce sont les oubliés du ségur ».

Ces « oubliés  du ségur », Lucie en fait partie. Elle et ses collègues moniteurs-éducateurs et éducateurs spécialisés du foyer occupationnel de Scourdois sont eux aussi mobilisés aujourd’hui. Lucie explique « Nous aussi, on devrait avoir le droit à cette prime de 183 euros. On nous demande toujours plus, parfois du soin, de l’accompagnement et de l’administratif en même temps. On veut une vraie reconnaissance pour notre travail. Je suis diplômée depuis 2018 et je suis déjà dégoûtée de mon boulot… » Conclut-elle, amère.

Avec sa pancarte, Lucie, éducatrice spécialisée, réclame elle aussi les 183 euros de prime du Ségur de la santé, réservée aux soignants

Embauches massives et revalorisations salariales


Face à ces constats, la CGT demande 400 000 embauches supplémentaires dans le secteur de la santé, une baisse du temps de travail à 32 heures et plus de formations professionnelles. Le syndicat réclame aussi une augmentation des salaires de 300 euros « pour compenser la perte de pouvoir d’achat liée à l’inflation », précise un syndicaliste.

Dans une prise de parole, un autre syndiqué a également appelé à la « lutte contre la privatisation de l’hôpital et la casse du service public », en se joignant à la manifestation interprofessionnelle du 27 janvier. Mais avant, ce sera l’éducation nationale qui battra le pavé jeudi contre les protocoles sanitaires de Jean-Michel Blanquer, et là aussi, la CGT sera présente. « Il va y avoir du mouvement », assure un homme en chasuble rouge avec un grand sourire.

Elian Barascud

La CGT sera de nouveau mobilisée ce jeudi 13 janvier aux côtés de l’éducation Nationale et le 27 pour une manifestation interprofessionnelle.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

1 réflexion sur “« Le ségur est une imposture », la santé et le médico-social en colère”

  1. Ping : CHU de Clermont-Ferrand : « Nous sommes encore au cœur de l’épidémie » - MEDIACOOP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.