« On veut vivre de notre travail, pas en mourir »

Jeudi 17 mai, les salariés du centre de tri postal PIC, à Lempdes, étaient en grève. Ils dénoncent les réorganisations de travail tous les deux ans, la suppression des primes, le gel des salaires et les équipes en sous-effectif. Une délégation intersyndicale a été reçue par la direction du centre, sans succès pour les revendications des syndicalistes.

Ils étaient environ 50 personnes rassemblées sur le parvis centre de tri La Poste de Lempdes. Après les grèves du 11 et 18 mai dernier, que vous pouvez retrouver ici, les postiers sont en colère. Ils ne se sentent pas entendus par leurs directions, tant au niveau local que national, et parlent d’un dialogue rompu.

Un arrêt des réorganisation

Les salariés du centre de PIC expriment les revendications nationales telles que l’augmentation des salaires, l’embauche de personnels et la remise en place des primes supprimées, dont celles pour la crise Covid. « Ça fait 35 ans que je bosse ici et je touche 1400 euros par mois. Où est la reconnaissance ? » s’insurge Jean-Philippe, délégué syndical Sud. « On nous donne de plus en plus de responsabilités, on travaille plus, sans qu’on augmente notre salaire. Le dernier patron est parti en expliquant qu’il manquait 20 personnes qualifiées. Il nous faut des emplois stables ! Aujourd’hui, 35% des effectifs sont des intérimaires. »

Les réorganisations du travail sont régulières dans ce centre de tri, provoquant le ras-le-bol des salariés. « 15 postes sont menacés pour la nouvelle réorganisation. La direction réorganise le centre tous les deux ans depuis 2009. Sauf que le malaise est grandissant, il y a un nombre croissant d’arrêts maladies. » explique Jean-Philippe. « Ces réorganisations sont justifiées depuis des années par la baisse du courrier. Mais on a toujours eu du travail ici, que ce soit pour les publicités, le stockage de marchandises, bosser pour Chronopost… etc. » explique Fabienne, déléguée syndicale CGT. « Il manque toujours du monde, on est en sous-effectif ».

Regroupement devant le centre de tri La Poste de Lempdes.

Une entrevue avec la direction

Une délégation intersyndicale a ensuite été reçue par la direction. « Normalement les négociations pour les réorganisations se font sur 5 mois. La directrice, qui est arrivée en février dernier, souhaite le faire en trois mois. Elle est prête à faire passer sa réorganisation en force si on ne convient pas d’un accord social comme on l’a toujours fait avec les autres directions. Elle veut donc l’établir le 3 janvier 2022, après l’adoption du budget pour l’année. » expose Jean-Philippe.

Les syndiqués ont ensuite voté à l’unanimité contre la proposition de la direction, face à cette organisation trop expéditive et dictatoriale à leurs yeux. Un préavis de grève sera de nouveau déposé le jeudi 24 juin pour ce centre de tri de Lempdes. Le 22 juin, ce sera une grève nationale de La Poste qui sera organisée.

Nos actionnaires, c'est vous.

Aidez-nous à rester gratuit, indépendant et sans pub :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cet article vous a plu ?

Soutenez le Cactus !

Le journalisme a un coût, et le Cactus dépend de vous pour sa survie. Il suffit d’un clic pour soutenir la presse indépendante de votre région. Tous les dons sont déductibles de vos impôts à hauteur de 66% : un don de 50€ ne vous coûte ainsi que 17€.